Centre Asticou Mont-Bleu Gatineau PATRICK WOODBURY, Le Droit

Avenir de l'école Mont-Bleu: « On est conscient que ça presse », dit Crevier

Sept mois après le passage de la tornade de force EF-3 à Gatineau et l’incendie majeur ayant partiellement ravagé l’école secondaire Mont-Bleu, la décision concernant l’avenir de l’immeuble se fait toujours attendre.

Le président de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSPO), Mario Crevier, réitère que la patience est de mise dans le dossier de l’édifice érigé au milieu des années 70.

« Aussitôt que le rapport d’expert sera déposé, que je l’aurai entre les mains, on va faire une annonce, ne vous inquiétez pas. Nous n’avons pas encore de nouvelles », affirme-t-il.

Mercredi, lors de la réunion des commissaires, la CSPO a approuvé un contrat de 150 000 $ à la firme Les évaluations Marc Bourret Appraisals inc. pour des services professionnels experts en vérification concernant les travaux après sinistre liés aux événements du 21 septembre dernier.

M. Crevier continue d’espérer qu’il y aura un dénouement dans cette affaire avant la fin de la présente année scolaire.

« C’est toujours mon but. M. Bouchard (directeur général) me trouve même parfois un peu agaçant avec ça, car je souhaite avoir des réponses. Je lui demande au moins une fois par semaine, si ce n’est pas deux. [...] On est conscient comme tout le monde que ça presse », lance-t-il.

Le président de la CSPO répète que seuls deux scénarios sont sur la table pour lui : la démolition ou la rénovation du bâtiment sis sur le boulevard de la Cité-des-Jeunes.

Le Syndicat de l’enseignement de l’Outaouais souhaite que peu importe la décision qui sera prise, les enseignants auront leur mot à dire pour la suite des choses.

« C’est sûr que comme tout le monde, ça nous préoccupe. Les gens se demandent s’ils seront là (au Centre Asticou) pour encore un, deux ans? On a hâte de connaître la suite des choses. Mais le plus important, c’est qu’on soit impliqué dans le nouveau projet, quel soit-il. Après tout, une école, c’est un milieu de vie », de dire la présidente Suzanne Tremblay.

Elle ajoute que pour l’heure, le personnel enseignant souhaite surtout que des améliorations continuent d’être apportées au Centre Asticou, où logent temporairement les 1400 élèves depuis décembre après avoir cohabité pendant quelques semaines avec les élèves de l’école secondaire de l’Île.

« L’installation annoncée de modulaire pour des laboratoires, c’est une bonne nouvelle, car on n’avait pas accès à tout le matériel, ce n’était pas organisé de façon optimale. C’est un soulagement. Maintenant, il faudra aussi améliorer l’aménagement. Par exemple, il n’y a pas assez de lavabos dans les salles d’arts et pour faciliter la circulation dans les corridors, il faudrait encore déplacer des casiers », note Mme Tremblay.

Le ministère de l’Éducation est encore en attente de documents de la part de la commission scolaire, comme le rapport d’experts, indique son porte-parole Bryan St-Louis.

« Ils doivent nous fournir de la documentation sur l’ensemble des options possibles et par la suite on va faire l’analyse. La décision sera prise dans les meilleurs délais », dit-il.