L’Université d’Ottawa a annoncé que des membres de l’administration de la FÉUO font face à des allégations d’activités frauduleuses.

Allégations d’activités frauduleuses à la FÉUO

Des membres de l’administration de la Fédération des étudiants de l’Université d’Ottawa (FÉUO) font face à des allégations de « mauvaise gestion financière ».

Un article publié par le journal étudiant La Rotonde, jeudi, révèle que des fonds de la FÉUO auraient été détournés à des fins personnelles, notamment par son président actuel, Rizki Rachiq, et sa directrice exécutive Vanessa Dorimain.

C’est à la suite d’une déposition du candidat aux élections municipales de la Ville d’Ottawa, Hadi Wess, ancien président de la FÉUO, que le Service de police d’Ottawa (SPO) a ouvert une enquête.

M. Wess « évoque des incidents de fraude, d’escroquerie et de vol d’identité qui se seraient tous déroulés au 85 University Private — le bureau de la Fédération étudiante de l’Université d’Ottawa », peut-on lire dans l’article de La Rotonde.

Toujours selon le journal étudiant, c’est plus de 20 400 $ qui auraient été détournés.

Transferts suspendus
Vendredi, des représentants de l’Université ont rencontré le comité exécutif de la FÉUO, afin d’éclaircir la situation.

« L’Université prend ces allégations au sérieux, peut-on lire dans une lettre envoyée aux étudiants par la direction, dont Le Droit a obtenu copie. La FÉUO est indépendante de l’Université d’Ottawa. [...] Or, la protection des intérêts des étudiants revêt d’une importance capitale pour l’Université, et l’administration tient à s’assurer de la bonne gestion des sommes versées par les étudiants à leur fédération.

«L’Université a d’ailleurs suspendu les transferts à l’endroit de la FÉUO, poursuit la missive, mais tient à rassurer les étudiants qu’elle fera tout en son pouvoir pour que les services offerts par la FÉUO soient maintenus. »