Un espace de 50 000 pieds carrés dans la nouvelle tour City of the Arts devait accueillir l'UOF

À quoi l'Université de l'Ontario français devait ressembler

En septembre 2020, l’Université de l’Ontario français (UOF) devait voir le jour et occuper un espace de 50 000 pieds carrés au sein d’un tout nouvel immeuble sur les berges de Toronto, a appris ONFR+. Dernièrement, l’entente a dû être déchirée après la décision du gouvernement Ford d’éliminer le financement du projet universitaire francophone.

Le secteur où devait s’installer l’UOF attire les regards. Son campus aurait vu le jour directement en face de la plage urbaine de Sugar Beach, mais surtout à quelques pas d’une parcelle de terre prête à être développée par Google.

Au Nord, à quelques pas de là, on retrouve le prestigieux quartier de la Distillery, où s’installera prochainement le Collège Boréal. La gare centrale de Toronto, la station Union, où transitent métro, trains et autobus, est située à une dizaine de minutes de marche.

«On avait une entrée directe, accès à une court intérieure. En arrivant à l’étage que nous voulions, vous seriez arrivé devant notre espace de 50 000 pieds carrés. On était à réfléchir à l’aménagement qu’on voulait, en misant sur un apprentissage interactif et collaboratif. Il y aurait eu un auditorium, mais surtout des espaces ouverts et souples», confie Dyane Adam, présidente du Conseil de gouvernance de l’UOF.

Mais tout a volé en l’air, après la décision du gouvernement Ford d’interrompre le financement du projet universitaire francophone. «On a signé ce lieu une première fois en août, puis à l’automne, mais c’était conditionnel au financement. Malheureusement, le gouvernement a maintenu sa décision et le promoteur a dû trouver un autre locataire», se désole Mme Adam. Le coût de l’espace envisagé pour l’UOF était dans les balises imposées par le ministère de l’Enseignement supérieur et la Formation professionnelle , dit-elle, sans préciser le montant.

Pour lire l'article d'Étienne Fortin-Gauthier dans son intégralité, visitez le site web d'#ONFR.