Les oeufs Cocos Locaux sont en vente dans quelques marchés publics, en plus d'être disponibles à la Ferme Moore et dans les paniers distribués par le Marché de l'Outaouais.

Éclosion des « Cocos Locaux »

Avec leur projet « Les Cocos Locaux », une ferme d'élevage de 550 poules pondeuses, les frères Élie et Samuel Bertrand viennent d'ajouter une corde à l'arc de la Ferme Aux Saveurs des Monts (FSDM), créée par leur père en 2000.
La deuxième génération d'agriculteurs n'a qu'une seule envie : que les consommateurs de l'Outaouais craquent pour les tous premiers oeufs bruns frais de poules en liberté et nourries de grains biologiques produits et commercialisés à Gatineau. 
Les jeunes hommes, âgés de 23 et 21 ans, ont grandi en voyant leur père Sylvain travailler à la sueur de son front pour réussir à réaliser son rêve, soit vivre de l'agriculture. Presque deux décennies plus tard, la FSDM, établie à la limite de Val-des-Monts, est une entreprise qui a fait sa marque dans la région. La ferme de volailles, agrandie à quelques reprises et dont les produits sont disponibles entre autres sur les tablettes d'épiceries fines et de supermarchés en plus de se retrouver au menu des certains restaurants réputés de la région, élève entre ses murs 30 000 poulets et 2000 dindes par an.
Samuel Bertrand, Elie Bertrand, Suzanne Laplante et Sylvain Bertrand de la Ferme aux Saveurs des Monts
Élie et Samuel ont fait des études respectives en génie mécanique et en technologie agricole, en plus de travailler à la ferme familiale. Samuel, qui a aussi décroché un certificat en administration, est devenu éligible à certains programmes d'aide à la relève agricole. Il avait aussi dans sa mire un concours organisé par la Fédération des producteurs d'oeufs du Québec. Son frère aîné lui a donné l'élan nécessaire pour s'inscrire en lui promettant que s'il est sélectionné, il se lançait avec lui dans l'aventure. La bonne nouvelle est tombée il y a un peu moins d'un an, le 30 septembre 2016. En remportant le concours, Samuel Bertrand a mis la main sur un quota de poules pondeuses.
« Pour les poules pondeuses, c'est le même type de production, le même type de marché et un peu la même clientèle qu'avec la volaille. On voyait qu'il y avait vraiment une demande pour des oeufs frais de poules en liberté en Outaouais, en particulier à Gatineau », lance Samuel Bertrand, ajoutant que l'une des visées à moyen terme est d'obtenir la certification biologique. 
L'élevage des poules pondeuses ne pouvant avoir lieu sur le même site que la FSDM en raison des risques de contamination, le duo fait l'acquisition d'une vieille écurie sur le chemin Dalton, non loin de l'autoroute 50. Grâce à un investissement d'un million $, ils ont entre autres pu revamper le bâtiment « qui tombait en ruines », en plus de procéder à l'achat d'équipement. Sur ce terrain de plusieurs acres, des fraises et du maïs sucré seront également produits. 
Disant oeuvrer sur leur projet à raison de 60 heures par semaine depuis l'hiver dernier, les frères Bertrand souhaitent que Les Cocos Locaux puissent en quelque sorte servir de bras de levier pour éventuellement prendre la relève de leur père.
Élie et Samuel s'entendent pour dire qu'ils n'ont pas les reins assez solides pour vivre de leur projet entrepreneurial, même si c'est l'un de leurs buts futurs. Ils sont bien au fait des sacrifices à faire. Leur père est une inspiration, mais ce dernier ne les a jamais forcés à prendre le même chemin. Leur choix a été naturel, mûrement réfléchi.
« Même si j'avais eu un travail dans un autre domaine, j'aurais quand même fait de l'agriculture dans mes temps libres. Quand tu nais là-dedans, demandez-le à n'importe qui vivant la même chose que nous, c'est un mode de vie », de dire Élie.
Les douzaines d'oeufs Cocos Locaux sont en vente dans quelques marchés publics (les samedis à Wakefield et les dimanches à Aylmer), en plus d'être disponibles à la Ferme Moore et dans les paniers distribués par le Marché de l'Outaouais. 
LA FSDM participe une fois de plus ce dimanche aux Portes ouvertes sur les fermes du Québec.