Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Plusieurs gros dossiers sont au calendrier de la Société de transport de l’Outaouais (STO) en 2021, incluant le projet de prolongement du Rapibus dans l’est de Gatineau.
Plusieurs gros dossiers sont au calendrier de la Société de transport de l’Outaouais (STO) en 2021, incluant le projet de prolongement du Rapibus dans l’est de Gatineau.

Du pain sur la planche pour la STO en 2021

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Plusieurs gros dossiers sont au calendrier de la Société de transport de l’Outaouais (STO) en 2021, incluant le projet de prolongement du Rapibus dans l’est de Gatineau.

Lors du point de presse qui a suivi la dernière réunion du conseil d’administration du transporteur public en 2020, jeudi, sa présidente, Myriam Nadeau, a précisé que la STO allait continuer dans la poursuite des grands projets structurants déjà sur la table.

«Il y a entre autres le prolongement du Rapibus Labrosse-Lorrain dont les travaux vont s’entamer en 2021. Évidemment, il y a le projet de système structurant dans l’ouest de la ville où on va conclure l’étude complémentaire au courant de 2021 pour atterrir sur un scénario de tracé recommandé final. Il y a tout le virage vers l’électrification de notre parc d’autobus qui devra s’entamer au cours de 2021», a expliqué Mme Nadeau.

La présidente de la STO, Myriam Nadeau

Toute la question de l’achalandage et du retour de la clientèle dans les autobus sera aussi au menu des activités de la STO l’année prochaine. L’achalandage en 2020 est à 45 % de ce qu’il était en 2019 en raison de la pandémie de COVID-19.

«La STO mettra beaucoup d’effort auprès de sa clientèle, sa sécurité à bord des autobus et sa fiabilité pour être prêt au retour de l’achalandage, on l’espère au cours de 2021», a partagé la présidente de la STO.

Le transporteur se cherchera aussi un nouveau directeur général l’année prochaine puisque Marc Rousseau quitte ses fonctions le 16 janvier. C’est le directeur général adjoint, Jean Brunet, qui assurera l’intérim.

Par ailleurs, le conseil d’administration de la STO a autorisé jeudi un emprunt de 1,4 million $ pour l’acquisition et l’implantation d’un nouveau système de télécommunication qui relie chacun des autobus avec le centre de répartition.

L’équipement actuel est désuet, et un nouveau système permettra notamment d’avoir des communications plus efficaces entre les chauffeurs et les inspecteurs sur le terrain.