Johanne Beausoleil deviendra directrice générale par intérim de la SQ le 16 décembre.

Direction de la SQ: Johanne Beausoleil donnera une marque féminine à son mandat

Celle qui dirigera bientôt la Sûreté du Québec (SQ) entend donner une marque féminine à son mandat.

Johanne Beausoleil a été nommée, mercredi, directrice générale adjointe de la SQ. Elle devait franchir cette étape afin d’obtenir le poste de directrice générale par intérim, qu’elle occupera à compter du 16 décembre.

Une civile, ancienne haute fonctionnaire ayant également œuvré à la SQ comme vérificatrice interne, Mme Beausoleil deviendra ainsi la troisième chef de la SQ en moins d’un an.

Elle remplacera Mario Bouchard, qui part à la retraite, et qui lui remplaçait Martin Prud’homme, relevé de ses fonctions le 6 mars dernier pour de présumées infractions criminelles. 

Aucune accusation n’a toutefois été déposée contre M. Prud’homme.

En point de presse à l’Assemblée nationale mercredi, aux côtés de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, Mme Beausoleil a affirmé vouloir être un exemple pour les femmes.

«Si je peux ouvrir la voie et amener les femmes officiers à être plus présentes, ça va me faire plaisir d’encourager ça», a-t-elle déclaré en parlant de son plus grand défi qui consistera, selon elle, à «garder les gens mobilisés».

«Je suis issue des services correctionnels. Il y a plus de 30 ans, il y avait peu de femmes aux services correctionnels et pour moi, ça a bien été au fil des années», a-t-elle ajouté.

Être femme et civile à la tête de la SQ n’est pas un handicap — «c’est plus une question de compétence», a poursuivi celle qui qualifie l’approche des femmes dans son milieu de travail de «complémentaire».

Miser sur son expérience

Elle compte s’appuyer sur ses années d’expérience pour s’attaquer en outre à la détresse psychologique chez les policiers. À la SQ seulement, 21 policiers se sont suicidés depuis 10 ans, rapportait La Presse mercredi.

«J’étais dans les premières formatrices aux services correctionnels pour la prévention du suicide, donc c’est un dossier que je connais très bien. [...] Je comprends bien cette réalité-là, et, oui, ça va être un enjeu, et, oui, je vais me pencher sur le dossier rapidement.»

La ministre Guilbault, qui a choisi Mme Beausoleil, s’est dite impressionnée par son CV et confiante qu’elle assumera l’intérim «avec brio». Par ailleurs, si M. Prud’homme devait être blanchi, il reprendrait son poste. «C’est son poste», a-t-elle rappelé.

La nomination de Mme Beausoleil a été bien accueillie par les partis d’opposition. «On pense que pour mettre fin aux guerres de clans internes, d’avoir une perspective civile, c’est intéressant», a réagi la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé.

Le chef intérimaire libéral, Pierre Arcand, a pour sa part déclaré que cette nomination ne constituait pas «un enjeu» pour sa formation politique.