Le Musée des beaux-arts du Canada affiche d’importants cas de non-conformité dans la gestion de la conservation de sa collection.

D’importants cas de non-conformité au Musée des beaux-arts du Canada

Le Musée des beaux-arts du Canada affiche d’importants cas de non-conformité dans la gestion de la conservation de sa collection, a constaté le bureau du vérificateur général du Canada dans un rapport publié lundi.

Le vérificateur général a notamment observé qu’il manquait des signatures de restaurateurs et de conservateurs en lien avec les travaux de restauration majeurs d’œuvres, ce qui contrevient à la Politique de conservation puisque les conservateurs sont responsables de fournir de l’information et des conseils sur les objets d’art.

L’audit a aussi noté que l’entrée et la sortie des œuvres d’art au sein de la division de conservation n’avaient pas été enregistrées en bonne et due forme dans le système de gestion de la collection du Musée.

«Ce défaut grave est important parce que les travaux de conservation sont un élément crucial du mandat de la Société (d’État) qui est d’entretenir une collection d’œuvres d’art et de protéger ses actifs», a souligné le bureau du vérificateur général du Canada, qui a recommandé au Musée qu’il renforce ses moyens et ses méthodes de conservation.

La société d’État a accepté cette recommandation, tout en prenant soin de préciser que les travaux de restauration et de conservation des œuvres sont réalisés par des experts chevronnés, et sont de qualité supérieure.

«La Société élaborera et mettra en œuvre des procédures et des lignes directives pour encadrer le déroulement des travaux de ses restaurateurs et la gestion du programme de conservation. Un plan d’action détaillée sera défini d’ici le 31 mars 2020 pour corriger les faiblesses signalées dans les meilleurs délais», a réagi la direction du Musée.