L'application Flashfood a été téléchargée à environ 100 000 reprises.

Diminuer le gaspillage par la philanthropie

Si Loblaws a choisi de s’associer à Flashfood pour combattre le gaspillage alimentaire, que font ses principaux compétiteurs au Québec ?

Metro — également propriétaire de la chaîne Super C — et Sobey’s qui possède la marque IGA ont également des cibles ambitieuses de réduction du gaspillage alimentaire et adoptent des moyens pour les atteindre.

« Notre objectif de diminuer de 50 % le gaspillage alimentaire lié à nos activités d’ici 2025 », souligne la chef des communications de Metro, Geneviève Grégoire

À LIRE AUSSI

Combiner économies et écologie à l'épicerie

De son côté, IGA opère le programme « Action Réduction » au cours des dernières années qui prévoit une certification gradée — bronze, argent et or — pour les commerçants en fonction de leur taux de succès dans la réduction du gaspillage, explique le directeur du Fonds Éco IGA, Pierre Lussier.

Dans les premières années d’« Action Réduction », la priorité était de présenter le programme dans les différentes succursales de la chaîne. « Notre objectif est maintenant d’augmenter les valeurs de certification, du bronze à l’argent et de l’argent à l’or », selon M. Lussier.

Dons aux organismes

Comme c’est le cas depuis plusieurs années, ces épiceries vendent des plats prêts-à-manger préparés à l’aide d’aliments qui approchent leur date de péremption pour limiter le gaspillage. Par contre, le don d’aliments à des organismes qui nourrissent des gens dans le besoin est devenu leur principal outil de lutte au gaspillage dans les dernières années.

Selon Mme Grégoire, le Programme récupération en supermarché (PRS) lancé en 2013 par Moisson Montréal, désormais répandu à l’ensemble du Québec, est en croissance constante.

« Ils viennent chercher dans nos magasins deux ou trois fois par semaine la nourriture congelée qu’on ne peut pas vendre, mais qui est encore bonne à la consommation. On est rendus à presque 200 magasins Metro et Super C qui donnent dans le cadre de ce projet », explique la porte-parole de Metro.

« Il y a 235 magasins qui font des dons alimentaires. 45 % des dons se font via des Moissons, dont Moisson Montréal et Moisson Outaouais », ajoute Pierre Lussier.