D"hier à aujourd'hui

Le cinéma Elgin d'Ottawa

On n’y vend plus du maïs soufflé, mais plutôt des hambourgeois et des mets italiens, notamment. L’ancien cinéma Elgin à Ottawa abrite aujourd’hui des restaurants.

Situé à l’angle des rues Elgin et Lisgar, le cinéma a projeté des films sur écran de 1937 à 1994. 

La salle du cinéma contenait 750 sièges lors de son ouverture, il y a plus de 80 ans. 

Pendant plusieurs décennies, l’Elgin Theatre était le rendez-vous privilégié des cinéphiles ottaviens.

L’immeuble était en état de délabrement lors de la fermeture du cinéma par la chaîne Famous Players. 

Les efforts de la communauté pour que le cinéma reste ouvert auront été vains.

L’édifice a été retapé et accueille aujourd’hui des restaurants, dont Harvey’s et Johnny Farina, ainsi que Second Cup.

D'hier à aujourd'hui

L’église Saint-François-de-Sales

Tous les lundis, Le Droit vous propose un clin d’œil sur l’histoire de notre région par la juxtaposition d’une image du passé et d’un cliché actuel. Nous vous invitons par ailleurs à contribuer à la série D’hier à aujourd’hui. Vous pouvez nous envoyer vos photos à nouvelles@ledroit.com. Il peut s’agir d’à peu près n’importe quoi, une rue, un carrefour, un commerce ou encore un parc. Pourvu qu’il s’agisse d’une photo d’un lieu urbain qui a un certain âge.

L’église Saint-François-de-Sales a été construite entre 1886 et 1903 et a été conçue par le prêtre-architecte Georges Bouillon, le même qui a réalisé les plans de la basilique-cathédrale Notre-Dame d’Ottawa – selon un article de l’historien Michel Prévost, publié dans la revue Histoire Québec en 2005.

Le bâtiment, inclus dans le site patrimonial Jacques-Cartier, a peu changé au fil des décennies. On ne peut en dire autant de son voisinage.

La Ville de Gatineau a réalisé d’importants travaux de revitalisation de la rue Jacques-Cartier qui se sont terminés en 2016. Sur le terrain de l’église Saint-François-de-Sales, l’installation d’une rampe pour les personnes à mobilité réduite (à droite sur la photo de 2018) avait provoqué un petit scandale. Des vices de procédure ont dû être corrigés par les élus gatinois en juin 2017.

La paroisse a aussi reçu une subvention du gouvernement du Québec en mars 2017 pour remplacer les fenêtres vieillissantes de l’édifice religieux.

D'hier à aujourd'hui

La Promenade du Portage

Tous les lundis, Le Droit vous propose un clin d’œil sur l’histoire de notre région par la juxtaposition d’une image du passé et d’un cliché actuel. Nous vous invitons par ailleurs à contribuer à la série D’hier à aujourd’hui. Vous pouvez nous envoyer vos photos à nouvelles@ledroit.com. Il peut s’agir d’à peu près n’importe quoi, une rue, un carrefour, un commerce ou encore un parc. Pourvu qu’il s’agisse d’une photo d’un lieu urbain qui a un certain âge.

Sur la promenade du Portage, axe phare du Vieux-Hull, se côtoient d’une drôle de façon patrimoine et béton gris. 

Les édifices du gouvernement fédéral qui y ont été constuits il y a plus de 50 ans sont généralement pointés du doigt lorsque vient le temps d’identifier les problèmes du centre-ville gatinois. Autour de ces bâtiments gouvernementaux se trouve un ensemble d’immeubles inscrits comme site patrimonial au Registre du patrimoine culturel du Québec depuis 1998, notamment en raison de « la prédominance des façades en brique » et de « la mitoyenneté de certains bâtiments ». 

En comparant cette section de la promenade du Portage en 1992 et en 2018, on constate que l’artère a connu une transformation notable pour faire une plus grande place aux piétons : les trottoirs ont été élargis et on y trouve moins d’espaces de stationnement en bordure de rue. 

 La succursale de La Cage aux Sports qui s’y trouvait est disparue, mais une autre chaîne de resto-bars sportifs a pris la relève non loin de là dans les dernières années depuis que Boston Pizza s’est installé dans l’ancien hôtel Chez Henri.

D'hier à aujourd'hui

La place Aubry dans le Vieux-Hull

Tous les lundis, Le Droit vous propose un clin d’œil sur l’histoire par la juxtaposition d’une image du passé et d’un cliché actuel. Nous vous invitons par ailleurs à contribuer à la série D’hier à aujourd’hui. Vous pouvez nous envoyer vos photos à nouvelles@ledroit.com. Il peut s’agir d’à peu près n’importe quoi, une rue, un carrefour, un commerce ou encore un parc. Pourvu qu’il s’agisse d’une photo d’un lieu urbain qui a un certain âge.

La place Aubry se trouve à l’épicentre des activités nocturnes du secteur Hull, mais aussi à l’intérieur d’un site inscrit au Registre du patrimoine culturel du Québec avec des sections des rues Wright et Kent. 

Les bâtiments du secteur se démarquent par leur petite taille, la brique rouge en plus d’être un témoin du style architectural qui caractérise le début du XXe siècle, puisque la plupart de ces bâtiments ont été construits après le grand feu de Hull de 1900. 

« Le site patrimonial Kent-Aubry-Wright [...] constitue une enclave du début du XXe siècle au cœur d’un réaménagement urbain majeur effectué dans les années 1970 », peut-on lire en ligne dans la fiche descriptive du lieu du Registre du patrimoine culturel. 

Sur la photo d’archive, on voit notamment l’ancien bar Le Bop – devenu la microbrasserie et restaurant Le Gainsbourg –, mais aussi la fontaine de la place Aubry. 

Cette dernière a été retirée de cette ruelle piétonnière dans le cadre des travaux de rénovation de l’hôtel Chez Henri. 

Cette place publique a fait l’objet de travaux de réaménagement à l’été 2016 et continue d’être un lieu important des activités culturelles et nocturnes du Vieux-Hull.