Le pavillon Hagen de l'Université d'Ottawa, en 1947
Le pavillon Hagen de l'Université d'Ottawa, en 1947

Retour sur l’École normale de l’Université d’Ottawa

D'HIER À AUJOURD'HUI / Cette semaine dans notre chronique D’hier à aujourd’hui, nous nous rendons sur le campus de l’Université d’Ottawa pour un petit cours d’histoire sur le pavillon Hagen.

L’immeuble est inauguré en 1931 et accueille l’ancienne École normale de l’Université d’Ottawa (Ud’O), fondée en 1927 en réponse au Règlement 17 afin de former des enseignants francophones pour les écoles élémentaires de l’Ontario.

Sis sur la rue Séraphin-Marion, l’édifice dessiné par l’architecte Lucien Leblanc est le seul endroit où l’on retrouve gravées dans la pierre les anciennes armoiries de l’Université d’Ottawa, précise celui qui fut l’archiviste en chef de l’université, Michel Prévost, dans son historique de l’École normale.

«À l’intérieur, on retrouve les anciennes portes en chêne autrefois du pavillon Tabaret afin de séparer l’aile des Pères où résidaient les Oblats de Marie Immaculée. Ces derniers dirigent l’Université d’Ottawa jusqu’en 1965», relate M. Prévost dans le document, tout en précisant que l’ornementation et les portes d’entrée monumentales de l’immeuble en font un bâtiment unique pour le patrimoine bâti de l’université.

L’École normale a été intégrée à la Faculté d’éducation en 1969. Quelque 8163 femmes et hommes y ont étudié au fil des décennies.

Le pavillon Hagen de l'Université d'Ottawa, en 2020

Le pavillon, qui fait partie d’un site du patrimoine de la Côte-de-Sable, loge aujourd’hui la Faculté des études supérieures et postdoctorales.

L’édifice porte le nom du premier doyen de l’École des études supérieures et de la recherche, le biochimiste Paul Hagen.

Source : Université d’Ottawa et Michel Prévost

Écrivez-nous

Tous les samedis, Le Droit vous propose un clin d’œil sur l’histoire de notre région par la juxtaposition d’une image du passé et d’un cliché actuel. Nous vous invitons à contribuer à la série D’hier à aujourd’hui.

Vous pouvez nous envoyer vos photos à nouvelles@ledroit.com. Il peut s’agir d’à peu près n’importe quoi, une rue, un carrefour, un commerce ou un parc. Pourvu qu’il s’agisse d’une photo d’un lieu urbain qui a un certain âge.