L'usine de Buckingham, en 1920

L'usine Albright & Wilson de Buckingham

Tous les lundis, Le Droit vous propose un clin d’œil sur l’histoire de notre magnifique région. Par la juxtaposition d’une image du passé et d’un cliché actuel, nous illustrerons le chemin parcouru et de quelle façon certains lieux bien connus ont évolué au fil des années. Nous vous invitons par ailleurs à contribuer à la série D’hier à aujourd’hui. Si vous détenez une relique qui sert de témoin de l’histoire d’un paysage ou d’un endroit important de la région, contactez-nous afin de partager cette image. Il peut s’agir d’à peu près n’importe quoi, une rue, un carrefour, un commerce ou encore un parc. Pourvu qu’il s’agisse d’une photo d’un lieu urbain qui a un certain âge.

Depuis maintenant 120 ans, une usine de produits chimiques surplombe la rivière du Lièvre, à Buckingham. 

Construite en 1897 par l’Electric Reduction Company of Canada (ERCO), ce bâtiment servait principalement à la transformation de produits à base de phosphore, selon un article sur le 75e anniversaire de l’entreprise publié en décembre 1972 dans l’hebdomadaire Le Bulletin

Aujourd’hui, les principaux produits sont le chlorate de sodium et le chlorite de sodium, des produits utiles dans l’industrie des pâtes et papiers, de l’alimentation, de l’énergie, de l’agriculture et du traitement des eaux, selon le site web du Regroupement des gens d’affaires de la Basse-Lièvre. 

Cinq ans après l’ouverture de l’usine de Buckingham, ERCO devient une propriété de la compagnie Albright & Wilson en raison d’une dispute sur l’utilisation supposément illégale de procédés de fabrication brevetés, apprend-on sur le site du Réseau du patrimoine de Gatineau et de l’Outaouais (RPGO). 

L’usine a été vendue à Sterling en 1992, ajoute le RPGO.

L'usine de Buckingham, en 2018