En 2000, l’édifice de la station-service n’est plus, mais le sol demeure contaminé par les hydrocarbures.

Le terrain du monument Bélanger-Thériault

Tous les lundis, Le Droit vous propose un clin d’œil sur l’histoire de notre magnifique région. Par la juxtaposition d’une image du passé et d’un cliché actuel, nous illustrerons le chemin parcouru et de quelle façon certains lieux bien connus ont évolué au fil des années. Nous vous invitons par ailleurs à contribuer à la série D’hier à aujourd’hui. Si vous détenez une relique qui sert de témoin de l’histoire d’un paysage ou d’un endroit important de la région, contactez-nous afin de partager cette image. Il peut s’agir d’à peu près n’importe quoi, une rue, un carrefour, un commerce ou encore un parc. Pourvu qu’il s’agisse d’une photo d’un lieu urbain qui a un certain âge.

Sur ce lieu qui retient notre attention cette semaine se trouvaient, pendant la majorité du XXe siècle, les locaux d’une entreprise familiale de Buckingham. 

Le terrain était une propriété de l’ancienne municipalité de Buckingham, mais a été loué pendant 64 ans aux familles Cameron et Barbary qui y ont opéré une station-service. 

En 1997, Buckingham a mis fin au bail et acheté le bâtiment pour le démolir et y construire un centre d’interprétation du Château d’eau, projet abandonné peu après. 

En 2000, au moment de la prise de notre photo d’archive, l’édifice de la station-service n’est plus, mais le sol demeure contaminé par les hydrocarbures. 

Depuis septembre 2006, c’est une œuvre d’art publique qui commémore un épisode peu glorieux de l’histoire industrielle de Buckingham qui occupe ce terrain. 

Le monument Bélanger-Thériault honore deux employés de la MacLaren tués le 8 octobre 1906 par des détectives embauchés par leur employeur alors qu’ils menaient une campagne de syndicalisation de l’usine.

Le monument Bélanger-Thériault, en 2018