Léon-Adolphe Miron, propriétaire de la compagnie L.A. Miron et Fils, recueille des blocs de glace sur le lac Leamy, en 1944.

La glace du lac Leamy

Tous les lundis, Le Droit vous propose un clin d’œil sur l’histoire de notre magnifique région. Par la juxtaposition d’une image du passé et d’un cliché actuel, nous illustrerons le chemin parcouru et de quelle façon certains lieux bien connus ont évolué au fil des années. Nous vous invitons par ailleurs à contribuer à la série « D’hier à aujourd’hui ». Si vous détenez une relique qui sert de témoin de l’histoire d’un paysage ou d’un endroit important de la région, contactez-nous afin de partager cette image. Il peut s’agir d’à peu près n’importe quoi, une rue, un carrefour, un commerce ou encore un parc. Pourvu qu’il s’agisse d’une photo d’un lieu urbain qui a un certain âge.

La photo du haut nous transporte à une époque où les réfrigérateurs étaient loin d’être communs dans les chaumières de la région. 

À l’époque, l’entreprise L.A. Miron et Fils recueillait des blocs de glace sur la rivière Gatineau et sur le lac Leamy chaque hiver pour aller la revendre. 

Sur l’image, on peut voir Léon-Adolphe Miron, le propriétaire de cette compagnie qui a dû s’adapter au fil du temps pour demeurer rentable. 

Selon Maurice Miron – petit-fils de Léon-Adolphe qui a été le gestionnaire de la compagnie pendant plusieurs années – L.A. Miron et Fils s’est recyclé dans la vente de bois de chauffage, de charbon et de pétrole. 

Évidemment, cette cueillette de glace n’existe plus de nos jours sur le lac Leamy, comme on peut le voir sur la photo du bas. 

S’il y a de l’action sur le plan d’eau en hiver, c’est d’abord et avant tout des activités de nature récréative. Encore là, en mars alors que le dégel est bien commencé, personne ne s’aventure véritablement sur le lac.

Le lac Leamy en 2018