Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

La cabane à sucre de Vanier

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Article réservé aux abonnés
D'HIER À AUJOURD'HUI / Dans la rubrique de cette semaine, Le Droit vous présente la cabane à sucre du Muséoparc Vanier, l'une des plus rares cabanes du genre à être toujours active en milieu urbain à ce jour.

Cette dernière a été inaugurée en 1999 par le groupe Action Vanier, soit l'année suivant la crise du verglas. 

«Les arbres qui n'ont pas su résister aux intempéries ont servi à la construction des plafonds de la nouvelle cabane», indique le Muséoparc Vanier. 

C'est cependant à l'automne 1939, par les Pères Blancs, que la toute première cabane à sucre de Vanier a été construite. Sur la photo d'archives, on peut en effet apercevoir cettedite cabane, en 1947. 

Dans le but de moderniser l'installation, ces missionnaires canadiens d'Afrique ont décidé d'ériger une seconde cabane vers l'année 1960, au même endroit que la première. 

Un peu plus d'une quinzaine d'années plus tard, soit de 1976 jusqu'au milieu des années 1990, la production de l'érablière a toutefois cessé à la suite du départ des Pères Blancs. 

C'est alors que le groupe Action Vanier a pris la relève pour la gestion de la cabane. 

Le Muséoparc Vanier a finalement fait l'acquisition cette cabane à sucre située au 300 avenue des Pères Blancs à l'hiver 2012 et est responsable de sa gestion depuis.

En août dernier, un important incendie d'origine humaine s'était déclaré dans la cabane. L'ancien directeur général du Muséoparc Jean Malavoy avait alors qualifié le bâtiment comme étant une possible perte totale. Le conseiller du quartier Mathieu Fleury cependant assuré que la cabane serait reconstruite.

Écrivez-nous 

Chaque semaine, Le Droit vous propose un clin d’œil sur l’histoire de notre région par la juxtaposition d’une image du passé et d’un cliché actuel. 

Nous vous invitons à contribuer à la série D’hier à aujourd’hui. Vous pouvez nous envoyer vos photos à nouvelles@ledroit.com. Il peut s’agir d’à peu près n’importe quoi, une rue, un carrefour, un commerce ou un parc. 

Pourvu qu’il s’agisse d’une photo d’un lieu urbain qui a un certain âge.