Lisez notre rubrique « D'hier à aujourd'hui » tous les lundis.

D'hier à aujourd'hui

Tous les lundis, Le Droit vous propose un clin d'oeil sur l'histoire de notre magnifique région. Par la juxtaposition d'une image du passé et d'un cliché actuel, nous illustrerons le chemin parcouru et de quelle façon certains lieux bien connus ont évolué au fil des années.

Caserne No 3 de l’ex-Ville de Hull (Date inconnue-2017)

Le 239, rue Champlain sur l’île de Hull est un bâtiment répertorié au Registre du patrimoine culturel du Québec (RPCQ) en raison de « sa valeur historique ».

Selon la fiche historique de l’édifice, la caserne No 3 a été construite au même moment que la caserne No 2, en 1911, à une époque où les grands feux se multipliaient à Hull. « Hull est le théâtre de huit incendies majeurs entre 1880 et 1933.

[...] Aujourd’hui, seule la caserne No 3 subsiste. Elle constitue l’un des rares souvenirs tangibles de cet épisode de l’histoire de Hull », peut-on lire sur le site web du RPCQ.

La citation patrimoniale accordée en 1991, soit 80 ans après sa construction, pour son importance dans l’histoire de la Ville de Hull, mais aussi pour la qualité de son architecture (une création de Charles Brodeur, architecte important dans l’histoire de Hull).

Le RPCQ vante « l’intégration au quartier » du bâtiment, ses « grandes ouvertures en façade » et sa « tour de séchage des boyaux » qui « permettent, encore aujourd’hui, d’identifier sa fonction première », ainsi que son « couronnement, composé d’une corniche avec frise à denticules sur laquelle repose un fronton historié, un bandeau décoratif au-dessus des grandes portes, de même que des linteaux et des allèges de fenêtres en pierre ».

Vendu en 1963 après qu’Hull ait décidé de centraliser ses services dans une caserne centrale, le bâtiment est devenu un « centre de loisirs » pendant quelques années, un « immeuble à bureaux » ensuite, puis « une propriété privée ».