Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
«Scènes de vie des Hullois et Hulloises», c’est le joli titre de cette photo prise en 1977 par Roger Poirier (P134, S6, SS3, D8, P3).
«Scènes de vie des Hullois et Hulloises», c’est le joli titre de cette photo prise en 1977 par Roger Poirier (P134, S6, SS3, D8, P3).

Sur quelle rue sommes-nous?

Geneviève Turcot
Le Droit
Article réservé aux abonnés
DEVOIR DE MÉMOIRE / «Scènes de vie des Hullois et Hulloises», c’est le joli titre de cette photo prise en 1977 par Roger Poirier (P134, S6, SS3, D8, P3).

Où était située épicerie qui s’affichait en français, anglais et portugais? Elle était voisine de la Brasserie Chez Louis José.

Envoyez vos réponses à nouvelles@ledroit.com, elles seront ensuite transmises à l’équipe gatinoise de BAnQ, qui aimerait bien identifier ce cliché.

+

Devoir de mémoire du 5 décembre : Les guides de St-François-de-Sales

Nous avons cru à tort que le défi de la semaine dernière (P174, S1, D29, 024, 002) serait un peu plus difficile... Parlez-en à Alice St-Amour dont le téléphone a très peu dérougi depuis samedi.

«Je suis l’une de ces guides, je suis celle au centre de la photo! J’avais 15 ans environ sur cette photo», nous a confirmé Mme St-Amour, qui se rappelle avoir été membre de cette organisation de l’âge de 12 à 16 ans.

«Nous étions un peu comme les scouts, mais pour les jeunes filles. Nous faisions beaucoup de plein d’air, nous vendions du chocolat pour payer nos beaux costumes!» a ajouté en riant cette lectrice qui a eu beaucoup de plaisir à renouer avec le souvenir de cette époque.

Sur la photo prise par Champlain Marcil en décembre 1962, Mme St-Amour est entourée de Suzanne Dumais (à sa gauche sur la photo) et de Carole Parent (à sa droite).

«L’amitié qui me lie à Carole Parent dure depuis plus de 65 ans! Nous sommes encore très proches après toutes ces années.»

Un autre lecteur, Michel Brissette, a lui aussi reconnu deux des jeunes guides, Suzanne Brissette, la deuxième à gauche et Carole Brissette, la dernière à droite.

«Ce sont mes sœurs, qui avaient à l’époque 13 et 14 ans. Elles participaient à des cérémonies religieuses, elles vendaient des épinglettes aux portes de l’église pour la fête des Mères. Il y a avait aussi une rencontre à la centrale des Guides sur la rue Baseline à Ottawa», nous a-t-il écrit après avoir questionné ses sœurs.