Sur la photo, Louise Marchildon, Alain Descarreaux et Marc Louis-Seize, lors de la présentation publique du plan directeur de Champboisé.

Dévoilement du plan directeur de Champboisé

Des représentants de la municipalité de L’Ange-Gardien et du CLD des Collines-de-l’Outaouais ont dévoilé mardi soir le contenu du plan directeur d’aménagement pour l’utilisation future du domaine Champboisé qui deviendra officiellement propriété de l’administration angeloise dans trois ans.

À peine une vingtaine de citoyens ont répondu présents à la présentation publique qui avait lieu à l’hôtel de ville. Le maire de L’Ange-Gardien, Marc Louis-Seize, s’est tout de même dit satisfait de la participation considérant les conditions routières et le fait que plusieurs résidences étaient toujours privées d’électricité, mardi soir, à la suite de l’épisode de verglas survenu plus tôt en journée.

« Les gens ont applaudi le plan directeur. Ils semblent apprécier le travail du comité, la réflexion qui a été faite et les orientations que nous nous sommes données. [...] C’est certain que nous aurions aimé avoir plus de gens, mais je pense qu’au fur et à mesure que le projet de Champboisé va évoluer et qu’on va mettre la population au parfum, les gens vont se manifester encore plus », a affirmé M. Louis-Seize, après la rencontre.

En 2012, L’Ange-Gardien a fait l’achat sur dix ans du vaste site bucolique de 165 acres localisé entre la route 309 et la rivière du Lièvre. La transaction chiffrée à un million de dollars prévoit que les Œuvres Eudistes, propriétaires de lieux, rendront le domaine à la municipalité en 2021.

Le plan concept, dévoilé hier et dont Le Droit avait déjà divulgué certaines lignes plus tôt en janvier, prévoit, entre autres, l’aménagement d’un jardin botanique, d’un réseau de sentiers lumineux en forêt et d’une scène extérieure pouvant accueillir un amphithéâtre aux abords de la rivière du Lièvre. La création d’un parc pour aînés et l’ajout de services de restauration et d’hébergement sont également au nombre des points saillants figurant dans le document. Une production artisanale de sirop d’érable, des sentiers sur pilotis et la construction d’un belvédère sont aussi des éléments envisagés par L’Ange-Gardien et le comité de planification de Champboisé.

Parmi les résidents présents, la majorité a salué le projet. La question budgétaire a fait surface. À ce sujet, le maire a répondu qu’aucun des éléments prévus dans le plan n’avait encore été chiffré, précisant qu’il s’agissait d’un « remue-méninges » et d’une première étape. 

« On devra aller cogner à beaucoup de portes pour aller chercher du financement », a-t-il dit.

Certains citoyens ont évoqué leurs inquiétudes quant à l’entretien des lieux actuellement et d’ici l’acquisition complète de l’endroit, laissant entendre qu’il y avait un certain laisser-aller de la part de la Corporation Champboisé par rapport aux installations du site qui comprend 15 maisonnettes et deux studios destinés à des retraites fermées.

« Il y a une clause dans le contrat de vente qui dit que les Œuvres Eudistes doivent maintenir le site en bon père de famille », a souligné le directeur général de la municipalité, Alain Descarreaux, à ce sujet.

L’une des prochaines étapes sera maintenant de déterminer si c’est la municipalité ou un organisme à but non lucratif qui prendra les rênes du projet une fois que l’achat aura été complété en 2021, a-t-on précisé, hier.