Robert Riddell et Jason Leuschen pourraient bientôt aller dans l'espace s'ils sont retenus par l'Agence spatiale canadienne.

Deux Ottaviens dans la course pour devenir astronautes

Deux résidents d'Ottawa font partie du groupe sélect de 17 finalistes qui ont réussi à accéder aux dernières étapes du processus d'évaluation en vue de devenir les prochains astronautes de l'Agence spatiale canadienne (ASC) dès cet été.
Le ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, a dévoilé lundi l'identité des gens qui sont toujours dans la course et pourraient bien participer à la prochaine classe d'astronautes de l'Agence spatiale américaine, la NASA, à Houston. 
Sachant qu'on dénombrait 3772 postulants lors du lancement de la campagne de recrutement il y a dix mois, nul doute que Jason Leuschen et Robert Riddell, respectivement élève-pilote à l'Aviation royale du Canada et médecin militaire au sein des Forces armées canadiennes, s'approchent un peu plus de leur rêve d'aller dans l'espace. Dans le groupe de candidats retenus, on retrouve entre autres quatre autres Ontariens, quatre Albertains et trois Québécois. 
Ayant grandi sur une ferme de la Saskatchewan, M. Leuschen affirme qu'il souhaite devenir astronaute parce qu'il a toujours été fasciné par les cieux d'aussi loin qu'il se souvienne.
« La plupart du temps, l'aube naissante m'inspirait, insurpassée en beauté sinon par les lueurs de la tombée du jour. Le soir, dans le champ, sans lumière artificielle, j'étais captivé par la Voie lactée, les aurores boréales et la Lune. Je traînais mon jeune frère avec moi pour regarder des pluies de météores et songer à notre place dans l'Univers », raconte-t-il.
M. Riddell estime que contrairement à tout autre poste sur Terre, celui d'astronaute lui permettrait de tirer parti des connaissances acquises grâce à ses études et à son emploi actuel. 
« Je me suis épanoui tant sur le plan mental que physique dans certains des environnements les plus hostiles du monde. Dans le domaine de l'exploration spatiale, je continuerais de repousser mes limites personnelles, mais aussi celles de la science, de la médecine et de la technologie », décrit-il. 
Divers autres tests attendent les candidats dans les prochaines semaines avant que l'ASC n'annonce son choix final à la fin juin. La formation des futurs astronautes, qui s'échelonnera sur une période de deux ans, s'amorcera ensuite en août au Texas.
Ces nouveaux venus rejoindront les deux autres membres de l'équipe canadienne de la NASA, Jeremy Hansen et David Saint-Jacques. Ce dernier séjournera d'ailleurs dans la Station spatiale internationale en novembre 2018.
Dans le plus récent budget fédéral, le gouvernement s'est engagé à réserver une somme de 379 millions $ pour prolonger la participation du Canada au programme de la Station spatiale internationale jusqu'en 2024.
Avec La Presse canadienne