Deux ingénieurs reconnus coupables

Deux ingénieurs de Gatineau ont été reconnus coupables de collusion devant le comité de discipline de l'Ordre des ingénieurs du Québec, hier.
Maxime Asselin et Dave Boulay, de la firme Dessau, ont reconnu avoir participé à un système de partage de contrats entre des firmes de génie dans le domaine municipal, à Gatineau.
Les faits reprochés se sont produits de 2004 à 2005, en ce qui concerne M. Asselin, et de 2006 à 2009 en ce qui a trait à M. Boulay.
Les deux ingénieurs s'exposent à des amendes de 3000$, tel que recommandé par la procureure du syndic.
Le conseil de discipline reproche aux ingénieurs de s'être prêtés à «des procédés malhonnêtes et douteux en participant à un système de partage de contrats [...] permettant de contourner le processus d'appels d'offres de la Ville de Gatineau».
Le comité de discipline rendra sa décision dans les prochaines semaines.
Stratagème
Selon les documents rendus publics hier, les ingénieurs avouent avoir participé à des comités mis en place dans le but de déterminer les parts de marché entre les firmes de génie, en Outaouais.
Tous deux affirment cependant avoir manifesté leur désaccord face au système de collusion qu'ont servi à orchestrer ces comités.
Ils auraient par ailleurs avoué leurs fautes à la première occasion et pleinement collaboré à l'enquête, qui a débuté en décembre 2013.
Quatre autres ingénieurs, dont on présume l'implication dans le stratagème de collusion, et dont les noms ont été cités devant la commission Charbonneau, sont attendus prochainement devant de conseil de discipline de l'ordre professionnelle.
Il s'agit d'André Mathieu, de Michel Famery, de François Paulhus et de Claude Marquis.
De 2003 à 2009, à Gatineau, les firmes CIMA +, Dessau, Genivar et Tecsult ont monopolisé plus de 90% du marché des contrats de génie civil de moins de 500000$.
Les élus gatinois affirment être déterminés à faire payer les responsables du système de collusion.
La combine mise au point par ces firmes aurait coûté plus de 4 millions$ aux contribuables gatinois.