Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Boko Haram et l’Iswap continuent de semer la terreur dans le nord-est du Nigeria, où le conflit a débuté en 2009, faisant plus de 36.000 morts et 2 millions de déplacés.
Boko Haram et l’Iswap continuent de semer la terreur dans le nord-est du Nigeria, où le conflit a débuté en 2009, faisant plus de 36.000 morts et 2 millions de déplacés.

Deux employés d’organisations internationales enlevés par des djihadistes au Nigeria

AFP
Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
KANO — Deux employés d’organisations internationales ont été enlevés par des djihadistes dans l’État de Borno, dans le nord-est du Nigeria, alors qu’ils revenaient du mariage de l’un d’entre eux, a-t-on appris samedi de sources humanitaire et de sécurité.

Il s’agit d’un employé du Programme alimentaire mondial (PAM) qui venait de célébrer son mariage et d’un collègue du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), son témoin lors de la cérémonie, selon les mêmes sources.

Le groupe État islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap), branche dissidente de Boko Haram, a revendiqué vendredi dans un communiqué l’enlèvement de «deux chrétiens travaillant pour la Croix-Rouge», à un barrage entre le village de Mainok et Maiduguri, capitale de l’Etat.

«Les terroristes de l’Iswap ont enlevé les deux travailleurs humanitaires à un barrage qu’ils avaient dressé près de Jakana», a affirmé à l’AFP une source au sein de l’ONU sous le couvert de l’anonymat.

Ils rentraient du mariage célébré le 28 novembre dans l’État voisin d’Adamawa vers Maiduguri quand ils ont été arrêtés mercredi à la mi-journée à ce faux barrage, a précisé cette source.

Une source militaire à Jakana, à 25 km de Maiduguri, a confirmé le rapt de «deux membres du personnel humanitaire par des terroristes de l’Iswap».

Boko Haram et l’Iswap continuent de semer la terreur dans le nord-est du Nigeria, où le conflit a débuté en 2009, faisant plus de 36.000 morts et 2 millions de déplacés.

Les violences se propagées au Cameroun, au Niger et au Tchad voisins. Depuis 2015, le Nigeria et ces trois pays, tous riverains du lac Tchad, luttent contre les djihadistes au sein de la Force multinationale mixte (FMM), une coalition régionale appuyée par des de comités de vigilance composés d’habitants.