Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La réouverture des écoles avec les nouvelles règles s’est somme toute bien déroulée lundi.
La réouverture des écoles avec les nouvelles règles s’est somme toute bien déroulée lundi.

Des millions de masques d’ici juin pour le secondaire en Outaouais

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Désormais obligés de porter le masque de procédure en tout temps, y compris à l’extérieur, les élèves du secondaire sont retournés en classe lundi en Outaouais, tout comme ceux de la formation générale des adultes et professionnelle. Et le chiffre a de quoi impressionner: uniquement dans la région, plus de 4 millions de ces masques bleus seront distribués dans ces établissements du réseau public d’ici la fin juin.

Avec le resserrement des mesures annoncées au début du mois par Québec, deux masques de procédure par jour seront fournis aux élèves de ces niveaux, au même titre que les enseignants. Les coûts de l’opération sont absorbés par le ministère de l’Éducation.

Au Centre de services scolaire des Draveurs (CSSD), pas moins 318 500 masques seront livrés aux établissements concernés chaque mois. 

«Nos commandes ont été faites sur une base mensuelle jusqu’au mois de juin. Il faut avoir suffisamment de place pour l’entreposage. Chaque école a établi son propre protocole (pour la distribution aux élèves), ça dépend de l’espace, du niveau de confiance, etc», note la directrice générale, Manon Dufour.

La directrice générale du Centre de services scolaire des Draveurs, Manon Dufour

Cette dernière a souligné que la réouverture des établissements avec ces nouvelles règles s’est somme toute bien déroulée lundi.

«La réponse est bonne. On a l’avantage, en quelque sorte, d’être en zone rouge, alors les élèves portaient déjà le couvre-visage. Là, ce qu’il y a de différent, c’est qu’ils en auront deux par jour et qu’il est jetable. Il y aura un mécanisme pour s’en départir afin de s’assurer qu’on ne se contamine pas en touchant le masque de quelqu’un d’autre. Des vidéos (sur le port de l’équipement de protection individuelle) ont été revus par les élèves. On a aussi dû rappeler que la distanciation et le lavage des mains demeurent, ce n’est pas un ou l’autre, mais bien l’un et l’autre. [...] On va commencer à entrer dans la routine à partir du deuxième jour», explique-t-elle.

Des contenants munis de couvercles ont été installés et serviront de poubelles pour des centaines de masques de procédure.

«Ce n’est peut-être pas encore parfait partout», ajoute Mme Dufour, qui précise qu’il faudra s’adapter à la situation, comme c’est le cas depuis dix mois. 

Partout dans la région, chaque établissement a choisi le mode de distribution qui lui convenait.

Par exemple, à l’école polyvalente Nicolas-Gatineau, les élèves recevront chaque jour leur premier masque à la première période, une fois assis à leur bureau. Les élèves transportés le reçoivent quant à eux directement dans l’autobus, en matinée. Le second masque sera distribué au début de la troisième période. À l’école polyvalente de l’Érablière, on a plutôt opté pour une distribution de dix masques pour toute la semaine le lundi matin. Les élèves sont donc responsables de les transporter avec eux dans leur sac à dos. Les élèves de la 3e à la 5e secondaire étant en classe un jour sur deux, cette quantité leur sera suffisante pour une période de deux semaines.

Une commande de 758 000 masques a été passée par le Centre de services scolaire au Coeur-des-Vallées pour les besoins des prochains mois. 

«On ne l’a pas encore reçue donc on utilise pour l’instant ce qu’on avait dans notre entrepôt, nous avons les quantités suffisantes pour en fournir jusqu’à la fin janvier», de dire le secrétaire général Jasmin Bellavance.

Là aussi, le fonctionnement va varier d’un endroit à l’autre pour la logistique. Aux écoles secondaires Hormisdas-Gamelin et Louis-Joseph-Papineau, chaque élève recevra ses masques sur une base hebdomadaire, tandis qu’à l’école Sainte-Famille / Aux Trois-Chemins (Thurso), ce sera plutôt une distribution quotidienne.

«Et ce n’est pas parce qu’une école procède de façon X en date d’aujourd’hui qu’elle ne procédera pas de façon Y plus tard, dépendant si ça s’est bien passé ou non. On est dans les essais et erreurs pour l’instant», renchérit-il, précisant aussi que le processus d’ensachage des masques nécessite en soi «une logistique assez complexe».

À LIRE AUSSI: Un éventail de réactions aux nouvelles mesures en milieu scolaire

Dans le cas du Centre de services scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSSPO), une livraison de 250 000 masques par mois est prévue d’ici la fin de l’année scolaire. La première commande doit arriver dans les prochains jours. Ceux-ci seront entreposés dans les locaux de l’organisation et distribués aux écoles selon les besoins. 

Le CSSPO indique qu’il avait déjà un peu plus d’un quart de million de masques de procédure en stock la semaine dernière, sans compter qu’il en a reçu 100 000 autres dans les derniers jours. 

«Les frais sont payés via le budget COVID. Peu importe les ententes à venir avec le ministère, l’argent n’est pas un enjeu lorsqu’il s’agit d’une question de sécurité pour notre personnel et nos élèves», précise l’organisation.

De son côté, le Centre de services scolaire des Hauts-Bois-de-l’Outaouais (CSSHBO) a choisi de fournir une boîte de 50 masques par élève et par membre du personnel. Au total, un peu plus de 58 000 masques seront ainsi distribués chaque mois.

Dans la région, le port du couvre-visage pour les élèves du secondaire est obligatoire depuis le 15 octobre.