La ministre responsable de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, et le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux, ont annoncé un montant de 3 millions $ qui permettra de financer 21 projets liés au développement régional de l’Outaouais.

Des millions $ pour des projets de développement régional

Le gouvernement du Québec a annoncé, lundi, un montant de 3 millions $ qui permettra de financer 21 projets liés au développement régional de l’Outaouais. Une grande partie de cette somme provenant du Fonds d’appui au rayonnement des régions, 1,9 million $, pourra être dépensée immédiatement.

Le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux, de passage en Outaouais en ce début de semaine, a rappelé que ces projets ont été présentés par des organismes de la région et sélectionnés par les élus de la région et non pas par le gouvernement. « Notre rôle n’est pas de prendre des décisions à la place des régions, mais de soutenir ce qui est proposé par les gens des régions », a-t-il insisté pour démontrer ce qu’il qualifie de « changement de culture » à Québec depuis que les municipalités sont reconnues comme des « gouvernements de proximité ».

Les projets financés répondent en grande majorité aux priorités régionales qui ont été identifiées dans le cadre de la nouvelle Stratégie gouvernementale pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires. Selon le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, c’est la volonté d’« avancer ensemble » qui ressort de ces premiers projets financés. « Ce sont des projets vraiment et purement régionaux, a-t-il dit. Ce sont de nouveaux outils, dans plusieurs domaines, qui permettent de consolider la région. »

La ministre responsable de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, a d’ailleurs souligné l’attention portée par la Ville de Gatineau à l’importance de choisir des projets qui ont un rayonnement régional. « Gatineau, en raison de sa réalité urbaine et du nombre, aurait pu décider de financer des projets propres à Gatineau, mais au contraire, les projets soutenus par Gatineau ont un effet sur l’ensemble du territoire, a-t-elle affirmé. C’est la première fois que le travail d’équipe se fait de façon aussi sereine et avec une vision globale de l’Outaouais. Il y a des enjeux qui reviennent périodiquement et là, on s’y attaque ensemble. »

CREDDO, UQO et MRC

Le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO) se voit, par exemple, octroyer un montant de 182 500 $ pour financer une étude sur un réseau régional de véhicules électriques en partage et 6000 $ pour l’organisation d’une conférence stratégique sur la transition énergétique. L’Observatoire de l’Outaouais de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) reçoit 355 000 $ pour étudier les impacts du caractère frontalier de l’Outaouais et identifier des stratégies pour saisir les opportunités découlant de cette proximité avec Ottawa et l’Ontario. La gestion régionale des déchets ultimes fera aussi l’objet d’une étude comparative. Le choix d’une solution régionale recherchée depuis plus d’une décennie pourrait en découler. 

L’élaboration d’une vision régionale du transport en milieu rural sera financée à hauteur de 490 482 $. « Le transport c’est l’enjeu numéro un des prochaines années dans la région, a lancé le préfet de la MRC Papineau, Benoît Lauzon. Gatineau en parle beaucoup, mais les MRC aussi. » La ministre responsable de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, a ajouté qu’un tel réseau de transport inter-MRC, en plus d’être un service à la population qui souhaite se déplacer, agirait comme un moteur de développement économique. « L’absence de transport en commun peut être un frein pour bien des gens qui voudraient s’établir en milieu rural », a-t-elle indiqué.