Des centaines de personnes se sont regroupées sur la colline parlementaire à Ottawa vendredi après-midi, pour manifester contre la mort de George Floyd aux États-Unis, durant une intervention policière.
Des centaines de personnes se sont regroupées sur la colline parlementaire à Ottawa vendredi après-midi, pour manifester contre la mort de George Floyd aux États-Unis, durant une intervention policière.

Des milliers rassemblés à Ottawa pour dénoncer le racisme et les injustices [PHOTOS + VIDÉO]

Pendant 8 minutes et 46 secondes, le temps que George Floyd a été écrasé au sol sous le genou d’un policier de Minneapolis avant de mourir, la colline parlementaire a été silencieuse vendredi après-midi. Un rare moment où personne n’a dit un mot dans un rassemblement où l’objectif principal était de se faire entendre.

«Nous sommes ici pour demander que le gouvernement ne fasse pas que nous entendre, mais qu’ils nous écoutent et qu’ils prennent des actions concrètes», explique l’une des organisatrices de la manifestation No Peace Until Justice, Gwen Madiba.

Malgré la pandémie de COVID-19 qui continue de causer des maux de tête d’un point de vue de santé publique, des milliers de personnes ont répondu à l’invitation lancée il y a quelque jour par Sameha Ahmed, une jeune femme noire d’Ottawa indignée par la mort de George Floyd.

À LIRE AUSSI : «des plaies rouvertes», selon le chef du SPO, Peter Sloly

«On est émus. On a vraiment une grande émotion de voir tout le monde ici, soutient Mme Madiba. On est émus aujourd’hui parce que c’est une présence qui est quand même historique. […] Ça démontre à quel point les gens veulent le changement. C’est pas seulement que des noirs, c’est des alliés qui sont ici aussi.»

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, avait annoncé son intention de participer à la manifestation plus tôt cette semaine. Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, y a également fait une courte visite posant notamment un genou au sol avec le reste de la foule pendant le moment de silence à la mémoire de George Floyd.

Manifestation anti-racisme à Ottawa

«Pas les mêmes opportunités»

Gwen Madiba qui est aussi présidente de l’organisme «Equal Chance» qui milite pour l’égalité des chances au Canada, souligne que si la mort de George Floyd est le catalyseur qui a motivé autant de gens à se déplacer vendredi, pour la communauté noire, c’est une opportunité de mener une lutte contre des injustices moins visibles.

«On n’est pas seulement ici pour les noirs qui sont morts aux mains de la police. On est ici pour les noirs qui souffrent à travers des systèmes qui oppriment des gens depuis des années. On est ici pour demander l’égalité pour des noirs qui souffrent et on le voit dans les études, on n’a pas les mêmes chances que les autres. On ne nous donne pas les mêmes opportunités.»

Mme Madiba invite d’ailleurs tous les élus au Canada à faire un premier pas en admettant que le racisme systémique existe aussi au Canada. Elle les implore de cesser de se consoler en comparant la situation canadienne avec celle au sud de la frontière.

«On nous dit que ce n’est pas aussi mauvais qu’aux États-Unis, mais pourtant, un noir qui vit le racisme ici vit la peine et subit les mêmes conséquences psychologiques. Le racisme, c’est le racisme», soutient la co-organisatrice de la manifestation.

Abdirahman Abdi

«Je ne peux dire que je suis heureuse d’être ici, je ne le suis pas. Mais vous savez quoi, nous devions l’être», a lancé à la foule une autre co-organisatrice du rassemblement, Yvette Ashiri, après avoir récité les mots prononcés par George Floyd, lorsqu’il était écrasé par des policiers à Minneapolis.

Le nom de cet Afro-Américain mort le 25 mai dernier était sur les lèvres d’un peu tout le monde au centre-ville d’Ottawa vendredi après-midi. Celui d’Abdirahman Abdi également.

La communauté noire d’Ottawa n’a toujours pas digéré son décès lors d’une intervention policière en juillet 2016. Une porte-parole de l’organisme Justice pour Abdirahman Abdi — formé pour dénoncer les inégalités après sa mort — a d’ailleurs insisté sur le fait que le constable Daniel Montsion est suspendu avec salaire depuis l’incident, malgré des accusations d’homicide involontaire.

Cette porte-parole a d’ailleurs souligné les similitudes entre les arrestations mortelles de Floyd et Abdi durant un discours sur la colline parlementaire: le fait qu’ils étaient tous les deux non armés, notamment. Elle a invité les manifestants à continuer de s’impliquer pour demander de la justice pour les communautés noires en les invitant à manifester devant le palais de justice d’Ottawa lors que la reprise du procès du constable Montsion, le 6 juillet prochain.