Les crapets-soleils ont pris le contrôle des lacs à la Poche, Rond et Riel, à La Baie.

Des lacs infestés de crapets-soleils

De nouvelles espèces de poissons sont de plus en plus aperçues dans les plans d’eau du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Alors que trois lacs de La Baie sont présentement infestés de crapets-soleils, des barbottes ont également été vues dans la rivière Ha! Ha!, toujours à La Baie. Une situation qui inquiète le spécialiste de la pêche Rémi Aubin, puisque ces espèces sont connues pour priver les autres de nourriture. D’ailleurs, aucune truite n’a été pêchée dans les lacs à la Poche, Rond et Riel depuis plusieurs années.

Rémi Aubin croit que ces poissons ont été introduits au fil du temps par l’humain.

Le crapet-soleil, habituellement vu dans les plans d’eau montréalais, a pris le contrôle de quelques lacs, au cours des dernières années. «Cette espèce mange beaucoup et empêche les autres, comme la truite, de se nourrir convenablement. Les crapets ont donc pris la place des truites dans trois lacs de La Baie. C’est inquiétant, puisqu’on n’aurait pas prévu ça il y a plusieurs années», explique le président de Promotion Pêche, Rémi Aubin.

Selon lui, ces espèces auraient sans doute été introduites par les pêcheurs qui utilisaient les appâts vivants, ce qui n’est plus permis. «À la fin de la journée de pêche, ces gens remettaient le reste des appâts vivants à l’eau. Au fil du temps, ils se sont reproduits. Auparavant, on voyait aussi des gens déverser des aquariums ou des viviers dans les plans d’eau. La cause la plus plausible est humaine», note l’expert.

Cette barbotte a été capturée dans la rivière Ha! Ha!, à La Baie.

La semaine dernière, un homme a retrouvé une barbotte morte, avec un hameçon à la gueule, dans la rivière Ha! Ha!. «C’est un peu la même histoire qu’avec le crapet-soleil. On voit aussi des barbottes au lac Saint-Jean, comme la perchaude, qui est de plus en plus présente. Encore une fois, ces poissons sont de bons mangeurs et privent les autres espèces de nourriture, ce qui n’est pas l’idéal pour l’écosystème», a ajouté Rémi Aubin.

«Heureusement, ce ne sont pas des poissons qui survivent en eaux salées, alors nous n’en voyons pas dans le Saguenay», a ajouté M. Aubin.

Dernièrement, on apprenait également que le brochet avait bel et bien élu domicile dans le lac Otis.

Ces poissons peuvent être consommés. Rémi Aubin assure que de bonnes recettes existent pour chacune des espèces concernées.

Néanmoins, Rémi Aubin estime que les conséquences de ces nouveaux arrivants ne sont pas seulement écologiques, mais aussi économiques, puisque plusieurs pêcheurs préfèrent grandement la truite et le saumon au crapet-soleil et à la barbotte.