Des résidents du secteur Gatineau ont eu une bien mauvaise surprise samedi en constatant que des graffitis haineux ont été dessinés dans le parc situé tout près de l’École l’Oiseau-Bleu.
Des résidents du secteur Gatineau ont eu une bien mauvaise surprise samedi en constatant que des graffitis haineux ont été dessinés dans le parc situé tout près de l’École l’Oiseau-Bleu.

Des graffitis haineux près d’une école de Gatineau

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Des résidents du secteur Gatineau ont eu une bien mauvaise surprise samedi en constatant que des graffitis haineux ont été dessinés dans le parc situé tout près de l’École l’Oiseau-Bleu.

Des logos de la suprématie blanche ont été dessinés sur la bande de la patinoire du parc de l’Oiseau-Bleu. Des résidents du quartier craignent que de tels dessins influencent inconsciemment les jeunes de l’école.

« Je ne savais même pas moi-même que c’était des logos racistes, mais en vérifiant, c’est bel et bien le cas », explique Matthias Deschênes. « Les enfants de l’école qui voient ça pourraient être tentés de recréer le dessin sans même savoir ce qu’il veut dire. »

« Je trouve ça vraiment dommage que ces dessins-là apparaissent près d’une école primaire. Les jeunes ne sont pas encore outillés pour comprendre réellement ce que ces graffitis veulent dire. »

De son côté, le résident de la rue de la Drave, Daniel Veas, raconte qu’il a dû expliquer à ses deux jeunes enfants pourquoi ce logo est si choquant.

« J’étais au parc avec mes deux jeunes enfants. On a vu qu’ils ont récemment installé les bandes de patinoires du parc et mon petit voulait aller faire un tour. En arrivant sur la patinoire, je me suis levé la tête et c’est là que j’ai vu le dessin de white power. »

« J’ai grandi ici dans ce quartier et je n’ai jamais vu quelque chose de semblable dans ce parc. J’ai dû expliquer la signification de ces dessins à mes enfants. J’ai peur que ça normalise ces dessins auprès des jeunes et que ça devienne presque banal pour certain », poursuit-il.


« Les enfants de l’école qui voient ça pourraient être tentés de recréer le dessin sans même savoir ce qu’il veut dire. »
Matthias Deschênes

Contexte éducatif

M. Veas croit qu’il pourrait être intéressant pour les élèves de l’école de repeinturer eux-mêmes les bandes de la patinoire. Il affirme qu’il fera les démarches auprès de l’établissement scolaire lundi pour leur proposer le projet.

« Je me suis dit que comme il y a une école juste à côté, peut-être que l’école pourrait s’en servir pour apprendre aux élèves que ces dessins-là n’ont pas leur place. Ça pourrait être éducatif pour les jeunes aussi de savoir ce que ces dessins veulent dire et pourquoi il faut les interdire. Ça contribuerait en même temps à développer le réflexe chez les jeunes comme quoi de tels dessins n’ont pas lieu d’être. »