La députée de Hull, Maryse Gaudreault, et la conseillère municipale de Gatineau, Louise Boudrias, ont rencontré des étudiants en médecine qui visitaient l’Outaouais ce week-end.

Des futurs médecins visitent l’Outaouais

Pour une troisième année consécutive, des étudiants en médecine de l’Université de Montréal sont venus passer un week-end en Outaouais, pour découvrir les vertus de la région et celles de la pratique médicale chez nous.

Cette initiative est d’abord celle d’une étudiante en médecine originaire de l’Outaouais, Sophie Hyland, qui avait lancé cette idée, il y a trois ans, auprès de la députée de Hull, Maryse Gaudreault, qui soutient financièrement la démarche. Depuis, chaque année, de 15 à 20 étudiants de Montréal viennent passer une fin de semaine dans la région pour y rencontrer des médecins d’ici, des étudiants en résidence et même des représentants de Tourisme Outaouais, pour découvrir l’environnement professionnel et physique qui les attend, s’ils devaient, un jour, choisir de pratiquer la médecine dans la région.

« On a des postes de (médecins) spécialistes encore disponibles. C’est pour ça que ces jeunes-là, en étant ici pendant un week-end et en côtoyant des médecins, des résidents, vont peut-être choisir de vouloir faire leur stage ici en Outaouais. Et ce petit week-end aura peut-être été déterminant dans leur choix », explique la députée.

Ce week-end, les étudiants universitaires montréalais de première et deuxième année ont ainsi pu rencontrer des médecins et visiter des groupes de médecine de famille (GMF) dans la région. Le Dr Marcel Guilbault, président de l’Association des médecins omnipraticiens de l’ouest du Québec, a aussi pu rencontrer les « futurs médecins », tout comme la Dre Anne-Marie Bureau, directrice clinique du Centre de pédiatrie sociale de Gatineau.

C'est l'étudiante en médecine Cynthia Veilleux (au premier plan) qui organisait ce troisième voyage à Gatineau.

Rassurer les étudiants

Interrogée sur cette démarche d’attirer des candidats dans un contexte où le régime de santé est profondément remis en question, la Dre Bureau explique : « C’est épeurant pour eux. Il faut les rassurer. Au-delà de la structure, la pratique de la médecine familiale, c’est aussi du grand bonheur. Mon travail, c’est d’abord et avant tout de soigner. Il y a un vent de morosité autour de la médecine familiale, tout particulièrement. Est-ce que ce réseau-là (celui de la santé) est parfait ? Certainement pas. Comment on fait pour faire mieux ? On s’implique. C’est un peu ce qu’il faut démontrer à nos jeunes étudiants : qu’on est dans un milieu, en Outaouais, où on peut s’impliquer et si on s’implique, bien, on va changer les choses. »

Le président-directeur général adjoint du Centre intégré de santé et des services sociaux de l’Outaouais, Daniel Tardif, déjeunait avec les étudiants, dimanche matin. Une autre occasion pour les jeunes d’en savoir plus sur les structures administratives de la région et tout le contexte de la pratique médicale ici.

La petite séduction

La députée de Hull, Maryse Gaudreault, se fait philosophe : « Ça prend, comme on dit, tout un village pour élever un enfant et ça prend aussi toute une communauté pour accueillir de nouveaux médecins. On a vu le film La petite séduction et c’est un peu ça qu’on fait depuis trois ans : une petite séduction auprès des étudiants de l’Université de Montréal. »