Les prévisions météorologiques laissent entrevoir une heure de pointe difficile pour lundi.

Des conditions routières difficiles

Le système dépressionnaire massif, lourd et lent que l’on attendait a finalement crevé au-dessus de nous, ce week-end. Il se fera encore sentir ce lundi et ne daignera s’éloigner que vers le milieu de la semaine.

Le météorologue Étienne Grégoire du bureau d’Environnement Canada de l’Est ontarien explique que l’heure de pointe de ce lundi matin sera particulièrement laborieuse, surtout pour les usagers qui arrivent de l’est en se déplaçant vers l’ouest, en direction d’Ottawa ou de Gatineau. Ceux-ci goûteront à des chaussées aux surfaces encore gelées.

Les automobilistes qui arrivent cependant de l’ouest et se déplacent vers l’est, vers ces grands centres, seront épargnés.


«  Un deuxième système, moins redoutable, s’invitera à son tour vers jeudi.  »
le météorologue Étienne Grégoire

Le verglas rendra notre lundi matin plus difficile, d’Ottawa-Gatineau jusqu’à la hauteur d’Hawkesbury environ.

OC Transpo a déjà fait savoir qu’il pourrait y avoir des ralentissements, ce lundi matin, en raison des conditions routières plus hasardeuses.

Vers 11 h, lundi matin, le réchauffement des températures, qui passeront tout juste au-dessus de zéro, rendra de nouveau les chaussées plus sécuritaires.

L’heure de pointe du retour à la maison, en après-midi, sera donc sans risque, si ce n’est la pluie.

Pour l’Outaouais et l’Est ontarien, on aura droit à un lundi de pluie. Cette pluie deviendra intermittente et moins intense, dans la nuit de lundi à mardi.

À partir de mardi, des averses de pluie et de neige restent possibles, avec de forts vents d’est de 40 à 50 km/h, avec des pointes à 70 km/h dans certains secteurs.

La semaine affichera des températures de quatre à cinq degrés sous les normales de saison.

« Lorsque cet épisode sera terminé, nos régions auront reçu, depuis le début de la dépression, de 20 à 30 mm de pluie et de 5 à 10 cm de neige, selon le lieu où l’on habite », explique Étienne Grégoire.

Et vous croyiez en avoir fini avec tout cela ? « Un deuxième système, moins redoutable, s’invitera à son tour vers jeudi avec d’autres averses de pluie », rajoute le météorologue.

La Ville d’Ottawa attendait de pied ferme la pluie verglaçante de ce week-end et de cette semaine, et près de 300 travailleurs (le jour) et 250 (la nuit) sont à pied d’œuvre, à l’extérieur, aidés de 130 camions d’épandage de sel et d’une centaine de petites épandeuses de trottoirs, nous confie Bryden Denyes, chef de secteur à la voirie pour la Ville d’Ottawa.

Le directeur du Service des communications à la Ville de Gatineau, Jean Boileau, affirmait au Droit qu’on avait, pour l’occasion, mobilisé une vaste équipe de cols bleus qui veillaient au grain pour sécuriser routes et trottoirs.

« Cet hiver, 212 cm de neige et 88 mm de pluie étaient tombés sur Gatineau, en date du 13 avril dernier, comparativement à 273 cm de neige et 196 mm de pluie, l’an passé », a-t-il expliqué.

Sorties de route
La police d’Ottawa du secteur est de la ville faisait état, en début de soirée dimanche, d’un nombre important de sorties de route à cause de la pluie verglaçante.

À la Sûreté du Québec, on a mis en branle l’Opération dégivreur, peu avant 16 h, dimanche, dans les secteurs de Gatineau et Maniwaki. Il s’agit d’un déploiement de forces policières supplémentaires en prévision des sorties de route, a expliqué le sergent Claude Denis.

L’aéroport d’Ottawa a connu, dimanche, des retards et des annulations de vols, surtout ceux en provenance et à destination de Toronto. Certains vols à destination de Toronto ont atterri plutôt à Ottawa, à cause de la tempête qui sévissait à Toronto.