Les marches pour le climat du 27 septembre ont attiré des foules record à travers la province, dont des centaines de milliers de personnes à Montréal.

Des collectifs écologistes veulent aller «au-delà des manifestations» pour 2020

MONTRÉAL - Nul doute que la dernière année aura été marquée par l’élargissement de la lutte contre les changements climatiques, mais plusieurs collectifs venus transformer le paysage écologiste au Québec s’entendent pour dire qu’il faut maintenant hausser le ton.

Sur toutes les lèvres, les marches pour le climat du 27 septembre, qui ont attiré des foules record à travers la province, dont des centaines de milliers de personnes à Montréal.

Les militants n’en dressent pourtant pas un bilan étincelant. «Clairement, on ne peut pas continuer à simplement faire des manifestations», soutient Ashley Torres, l’une des porte-parole du collectif étudiant La planète s’invite à l’Université.

«Ça fait un an qu’on en fait et ça n’amène pas le changement qu’on veut voir. Il va falloir qu’on augmente la pression», avance-t-elle.

«Tout le monde est très déçu», renchérit May Chiu, qui coordonne le comité juridique d’Extinction Rébellion Québec (XR Québec).

Ce mouvement international axé sur la désobéissance civile s’est implanté dans la province il y a exactement un an, d’abord avec des comités de travail à Montréal. Il a depuis fait des petits à Québec et à Sherbrooke, entre autres, avec quelque 4000 membres inscrits.

Le 13 juillet dernier, plus d’une vingtaine de ses militants se sont laissé arrêter, au terme d’un «sit-in» qui aura duré près de cinq heures, devant le bureau du premier ministre François Legault à Montréal. Une autre «arrestation de masse» a eu lieu le 8 octobre, le jour même où trois militants avaient escaladé le pont Jacques-Cartier.

Jointe par téléphone dimanche, en pleine journée de réflexion pour XR Québec, Me Chiu a présagé davantage d’actions «plus radicales, plus fermes» pour 2020.

«Signer des pétitions, c’est tellement facile. Dominic Champagne a ramassé près de 300 000 signatures pour le Pacte. Aller manifester dans la rue, on aime ça au Québec, a-t-elle souligné. Mais comment traduit-on ces gestes dans des revendications concrètes et sévères envers nos politiciens?»

«Malgré tout ce qu’on a fait l’année passée, le gouvernement Trudeau s’est engagé vers la carboneutralité en 2050, ce qui est tellement loin de ce qu’il faut faire pour éviter une catastrophe climatique», s’est-elle alarmée.

Ashley Torres abonde dans le même sens, évoquant le projet d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain du gouvernement fédéral, de même que le projet gazier du promoteur GNL Québec, envers lequel François Legault s’est déjà montré favorable.

Le projet consiste en la construction d’un pipeline de 780 kilomètres, depuis l’Ontario, pour acheminer du gaz naturel de l’Ouest canadien vers une nouvelle usine de liquéfaction à Saguenay, d’où il serait ensuite exporté par bateau, vers l’Europe, entre autres.

L’information d’abord

En Abitibi-Témiscamingue, où passerait la conduite, l’opposition au projet s’est fait notamment entendre en multipliant les assemblées populaires et en orchestrant une descente en kayak de la rivière Harricana en juillet.

«Notre cheval de bataille a été d’informer les gens. Gazoduq et Énergie Saguenay sont des projets qui perdent à être connus», expose Nicholas Ouellet, co-porte-parole du collectif «Gazoduq, parlons-en».

Même son de cloche au Saguenay-Lac-Saint-Jean, où un collectif tâche de renseigner la population sur l’éventuel impact de plusieurs projets de développement industriel sur le fjord.

«On mise sur l’intelligence collective», explique le co-porte-parole de la Coalition Fjord, Adrien Guibert-Barthez.

Dans la prochaine année, les deux collectifs comptent suivre de près le processus d’évaluation environnementale du mégaprojet gazier.

Selon lui, la pression sur l’entreprise monte déjà d’un cran à chaque nouvelle prise de position à son encontre. «Ce n’est pas juste par des gens de la région ou des environnementalistes», relève-t-il, en faisant référence aux lettres ouvertes signées par un total de 200 scientifiques, économistes et chercheurs dans le domaine.

La Coalition Fjord y voit une formule gagnante: «On n’a aucun doute comme quoi ce projet-là va être refusé. 1/8...3/8 II faut réaliser qu’il y a vraiment beaucoup de gens qui, dans leur milieu, à leur manière, prennent position. Et ça se fait sentir de plus en plus.»

Le collectif abitibien dit pour sa part attendre de pied ferme l’ouverture à Rouyn-Noranda d’un bureau de liaison de Gazoduq - une filiale de GNL Québec créée, aux yeux de M. Ouellet, afin de «saucissonner le projet et mieux nous le faire avaler».

«Ça va nous donner une occasion de faire valoir notre point de vue directement en région, indique-t-il. Ils ne peuvent pas continuer à prétendre que leur projet fait du sens.»

«Au-delà» des méthodes conventionnelles

Ces militants en régions affirment s’être nourris de ce qui faisait ailleurs dans la province, dans les milieux étudiants, entre autres.

«Ça leur revient beaucoup - avec les grèves du vendredi et la manifestation du 27 septembre - d’avoir insufflé à la société civile dans toutes ses couches la volonté de faire une transition juste et immédiate», reconnaît M. Ouellet.

Mais cette volonté ne suffit pas, prévient Ashley Torres, qui étudie en science politique à l’Université Concordia.

«Il faut que cette sensibilisation serve à une transformation au niveau politique», fait-elle valoir.

Un appel à la grève - de plus longue durée, cette fois -sera bientôt lancé dans le cadre d’une tournée de La planète s’invite à l’Université à travers la province.

«C’est pour montrer au gouvernement qu’on est sérieux, qu’on ne va pas tout le temps faire juste une journée, explique la militante. Marcher dans la rue, ce n’est pas assez. Il faut qu’on aille au-delà.»

Sans ouvrir son jeu davantage, Ashley Torres relève que dans la dernière année, les jeunes comme elle ont «appris à quel point 1/8ils3/8 ont du pouvoir».

La planète s’invite à l’Université dit avoir également tiré des leçons des dérapages racistes survenus lors de la marche montréalaise du 27 septembre, à l’encontre des délégations autochtones. Le collectif s’orientera donc également vers projets éducatifs sur les Premières Nations, «qui sont au-devant de cette bataille depuis très longtemps», rappelle Mme Torres.

Le tout, en gardant en tête que même si le temps presse, tandis que la planète s’est déjà réchauffée d’environ un degré Celsius par rapport à l’ère préindustrielle, «ce n’est pas un sprint, c’est un marathon».