Le projet de caméra sur les autobus scolaires devient permanent.

Des caméras sur les autobus scolaires

Face au succès qu’a obtenu un projet pilote en 2015, la Ville d’Ottawa installera bientôt six caméras photo radar en permanence sur des autobus scolaires pour épingler les conducteurs qui effectuent des dépassements illégaux.

Si tout se déroule comme prévu, l’initiative s’enclenchera dans les prochains mois, selon Rob Wilkinson, coordonnateur du programme de sécurité routière à Ottawa.

Le coût unitaire de chaque système de caméras variant entre 16 000 et 18 000 $, la facture totale pour la Ville avoisinera les 100 000 $.

La capitale fédérale deviendra une pionnière en la matière en Ontario puisqu’aucune autre municipalité n’a jusqu’ici adopté une telle stratégie pour contrer les comportements dangereux des automobilistes. 

Initialement, la nouvelle mesure aurait pu être déployée plus rapidement mais la Ville a préalablement dû consulter le Commissaire à l’information et à la protection de la vie privée de l’Ontario pour s’assurer que tout est fait dans les règles de l’art.

« On veut être certain que notre processus respecte toutes les lois provinciales. L’évaluation initiale s’est bien déroulée et maintenant on en est à une évaluation plus spécifique. Ils nous ont fourni des recommandations et ensuite on pourra leur soumettre un rapport final », mentionne-t-il.

Le constat d’infraction pour ne pas s’être immobilisé à l’approche d’un autobus scolaire dont les feux intermittents ou le signal d’arrêt sont activés s’élève à 490 $. Dépasser ou croiser ce véhicule est passible de la même amende.

Malgré tout, beaucoup plus de conducteurs que l’on pense n’ont visiblement pas compris le message. 

« À la fin du projet pilote, on avait constaté qu’il y avait une moyenne de cinq infractions par jour pour chaque trajet d’autobus », affirme M. Wilkinson.

Le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, estime que ce projet est une très bonne idée et ne croit pas que l’enjeu de la vie privée soit valable dans ce cas-ci. 

« Je fais toujours l’analogie avec la drogue et les olympiens. Si un athlète n’est pas coupable et sait qu’il n’a rien fait, il n’a aucun problème à se faire tester à tout moment. [...] Je vois d’un très bon œil le fait de mettre en place des mesures permanentes pour rehausser la sécurité. J’aimerais que ce soit encore plus utilisé, sachant que la technologie est de plus en plus abordable », lance-t-il. 

L’élu indique qu’il n’est pas rare qu’il soit témoin d’un dépassement illégal d’un autobus scolaire, la majorité du temps sur des artères où il y a plus d’une voie dans chaque direction, il cite en exemple l’avenue McArthur, dans son quartier.

« Il y a trois voies et deux écoles se trouvent à cet endroit, alors les autobus arrêtent fréquemment mais des gens passent à gauche. Certains pensent que c’est permis de le faire quand il y a plus d’une voie, mais c’est pourtant évident que des enfants pourraient traverser devant l’autobus », conclut-il.