Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Denis Vaillancourt, a tenu à rappeler l'importance des nouveaux arrivants pour l'essor de la communauté.
Le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Denis Vaillancourt, a tenu à rappeler l'importance des nouveaux arrivants pour l'essor de la communauté.

Denis Vaillancourt réélu sans opposition à la tête de l'AFO

François Pierre Dufault
François Pierre Dufault
Le Droit
Il n'y aura finalement pas d'élection à la présidence de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), cet automne. Le président sortant, Denis Vaillancourt, est reconduit pour un deuxième mandat de trois ans sans opposition.
M. Vaillancourt a décidé de briguer un second mandat dans le but, dit-il, de poursuivre le travail amorcé lors du lancement du Plan stratégique communautaire 2011-2016 de l'Ontario français, il y a deux ans. Il souhaitait s'en tenir à un seul mandat, à l'origine.
«À force d'être plongé dans les dossiers, on finit par y prendre goût», explique M. Vaillancourt au Droit. «Il faut continuer à obtenir des droits pour les francophones et, surtout, encourager les francophones à s'en prévaloir. Il faut développer ce que j'appelle le "réflexe franco".»
L'appui au Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) dans sa revendication d'une université de langue française sera au nombre des priorités du deuxième mandat de M. Vaillancourt, un ancien sous-ministre adjoint responsable de l'Éducation en langue française.
Un des premiers défis de M. Vaillancourt à son arrivée à la tête de l'AFO, en 2010, a été de stabiliser l'organisation miné à l'époque par un climat de travail difficile et un important roulement de personnel. Le président croit que sa tribune a depuis retrouvé sa crédibilité auprès du gouvernement provincial et des quelque 612000 francophones qu'elle représente.
L'AFO confirme également l'élection sans opposition de cinq administrateurs pour un nouveau mandat.
Roger LeBlanc continuera de représenter la région du Sud-Ouest et Nicole Sauvé, le secteur de l'économie. Nana Ngobila conserve le dossier des femmes et Nathalie Béland, celui de la santé. Richard St-George remplacera Guy Thibodeau qui n'a pas sollicité un nouveau mandat pour le secteur des arts, de la culture et du patrimoine.
Des élections auront lieu afin de choisir deux représentants pour le secteur des minorités raciales et ethnoculturelles francophones, parmi Camélia Djama, Ferdinand Kashama, Marcel Mukuta Kalala et Tharcisse Ntakibirora.  
Les élections auront lieu le 26 octobre, lors de l'assemblée générale annuelle de l'AFO, à Ottawa. Le conseil d'administration de l'organisme compte, au total, 24 membres.