Démissions au CISSSO: la direction précise les chiffres

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Alors que la grande patronne du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), Josée Filion, a affirmé jeudi compter «une dizaine de démissions» liées à l'imposition d'horaires à temps plein, l'organisation a fait savoir, vendredi, que les «chiffres officiels» en montrent seulement deux.

C'est dans le cadre d'une entrevue tenue jeudi soir après la réunion du conseil d'administration du CISSSO que Mme Filion a été interrogée par Le Droit à savoir si des démissions étaient survenues en raison du rehaussement à temps plein imposé depuis la semaine dernière aux infirmières, infirmières auxiliaires et préposés aux bénéficiaires des hôpitaux de Hull et de Gatineau.

«Malheureusement, oui on a eu des démissions. Je dirais une dizaine de démissions, avait-elle répondu. Le chiffre exact, je ne l'ai pas sous la main.»

À LIRE AUSSI: Temps plein imposé: «une dizaine» de démissions au CISSSO 

Vendredi en fin d'avant-midi, une porte-parole du CISSSO a toutefois communiqué avec Le Droit pour «fournir les chiffres officiels», qui ne font état que de deux démissions reliées aux horaires à temps plein imposés à quelque 150 employés à temps partiel grâce à un arrêté ministériel signé au début de la pandémie, en mars dernier.


« La donnée fournie [jeudi] était une estimation du nombre de départs. Nous ne revenons pas sur la dizaine qui est toujours notre estimation, mais la comptabilisation officielle est maintenant de deux démissions. »
Marie-Pier Després, porte-parole du CISSSO

«Ce sont les chiffres officiels aux ressources humaines, a expliqué par écrit la porte-parole du CISSSO, Marie-Pier Després. La dizaine de démissions annoncée [jeudi] par la PDG a été vérifiée plus en profondeur et deux de ces départs sont officiellement en lien avec l'utilisation de l'arrêté ministériel et du rehaussement à temps complet.»

Mme Filion n'était pas disponible, vendredi, pour clarifier elle-même ses propos. «La donnée fournie [jeudi] était une estimation du nombre de départs, a précisé Mme Després. Nous ne revenons pas sur la dizaine qui est toujours notre estimation, mais la comptabilisation officielle est maintenant de deux démissions. Ce chiffre pourra être révisé à la hausse. Peut-être que ce sera dix départs au final, mais pour le moment deux sont officiels.»

Mme Filion avait aussi indiqué que moins de dix employés de l'organisation étaient «partis en assurance salaire» – donc en congé de maladie – en raison de l'application de l'arrêté ministériel. À ce chapitre, la vérification faite vendredi par les ressources humaines de l'organisation confirme les propos de la grande patronne du CISSSO, avec huit départs en assurance salaire.