Le maire de Québec, Régis Labeaume, est déçu de voir les artéfacts de la collection fédérale déménager à Gatineau, mais il est heureux de l’annonce de la province investir dans un mégacentre archéologique dans sa ville.

Déménagement d'artéfacts à Gatineau: Labeaume appuie la ministre Montpetit

QUÉBEC — « Je suis content que la ministre mette son pied à terre parce que c’est un dossier qui la regarde. »

Le maire de Québec a réagi favorablement, mardi, à la déclaration de la ministre de la Culture, Marie Montpetit, faite la veille lors de l’étude des crédits budgétaires. Elle a révélé que son équipe espère financer, à même un programme fédéral, le projet de mégacentre archéologique devant rassembler au pavillon Camille-Roy du Séminaire de Québec les artéfacts du gouvernement du Québec, de la Ville de Québec et de l’Université Laval ainsi que ceux de Parcs Canada. 

À la mi-avril, le maire de Québec s’est dit résigné à voir les collections fédérales quitter les entrepôts temporaires et mal adaptés de l’avenue Newton et de Beauport pour un édifice ultramoderne planifié à Gatineau, où aboutiront aussi en 2020 les artéfacts d’Ottawa, Cornwall, Winnipeg et éventuellement Dartmouth.

« Je me demande pourquoi c’est moi qui a ce dossier-là. Pourquoi je devrais gérer les artéfacts de la province, de la ville, pis du fédéral à Québec. Je suis le maire de Québec, pas du Québec. Il y a une question de compétence », a ajouté M. Labeaume, réitérant son appui aux démarches de la ministre Montpetit.

Pour l’heure, sa position reste la même. 

« Si on ne peut garder les artéfacts à Québec dans des locaux adaptés à leur conservation, vaut mieux les laisser partir. » La solution est donc que le gouvernement du Québec injecte l’argent nécessaire pour les garder dans la province.

Le déménagement des artéfacts est considéré comme « une perte importante pour la Ville de Québec qui aurait des conséquences significatives pour le milieu de l’archéologie et de la recherche ».