Déléage restera Déléage

Le verdict est tombé : Déléage ne fusionnera pas avec les municipalités d'Aumond, de Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau et de Maniwaki.
Dimanche, les résidents de la municipalité de la Haute-Gatineau ont envoyé un message clair à leur conseil municipal. Exactement 877 personnes se sont prononcées contre la fusion, alors que 243 penchaient pour. Au total, des 1639 citoyens inscrits sur la liste électorale, 1133 se sont prévalus de leur droit de vote, pour un taux de participation de 69 %.
Le maire de Déléage, Bernard Cayen, prend la nouvelle avec sérénité. « Ce qu'on souhaitait le plus, c'est que les gens se prononcent en grande quantité et qu'ils se déplacement réellement. Avec un pourcentage dans la région du 70 %, ça donne un résultat vraiment probant. Ça devient l'expression d'une volonté clairement exprimée. »
Le choix qui était présenté à la population se voulait un moyen de mieux contrôler la fiscalité municipale et d'atteindre l'équilibre budgétaire de la nouvelle ville unifiée. M. Cayen ajoute que la mise en commun d'équipement aurait permis d'améliorer les services et que la gestion des ressources humaines s'en serait retrouvée bonifiée par la spécialisations de certains employés. « Dans les petites municipalités, les équipes sont très petites et les employés doivent être connaissants dans tous les domaines de la gestion municipale, alors ça devient difficile de se spécialiser », explique-t-il.
Des citoyens qui s'opposaient à la fusion remettaient l'argument fiscal en question, craignant que les trois municipalités, en bonne santé financière, écopent de la dette jugée trop grande de Maniwaki.
« On a aussi beaucoup joué sur les sentiments d'appartenance. Finalement, il y a une foule de raisons qui font que les personnes ont voté pour 'oui' ou pour 'non'. On ne peut pas ramener ça à une raison unique », explique le maire.