Les petits comme les grands ont pu faire de belles découvertes au Campus du patrimoine naturel du Musée canadien de la nature samedi.

Découvrir la biodiversité canadienne et mondiale à Gatineau

Pour une septième année consécutive, le Campus du patrimoine naturel du Musée canadien de la nature a ouvert ses portes aux citoyens de la région de la capitale nationale afin de leur faire découvrir plus de 14 millions de spécimens de la biodiversité canadienne et mondiale.

Plus de 3000 personnes ont répondu à l’appel des organisateurs samedi. La journée porte ouverte aura permis à plusieurs de mieux comprendre la mission scientifique du Campus, et ce, gratuitement.

«Tous les chercheurs connaissent le Campus et savent ce qu’on fait ici, mais le grand public ne le sait pas. Pourtant ce sont des contribuables, il faut qu’ils sachent ce qui se passe ici. On a donc décidé de leur ouvrir nos portes pour leur montrer les investissements qui viennent des taxes qu’ils payent», souligne un des conservateurs du Campus, Kamal Khidas.

«Ici, on a pas la même mission qu’au Musée. Le Campus a une mission plus scientifique. On entrepose nos collections qui datent de plus de 150 ans, mais on fait aussi de la recherche scientifique sur les spécimens qu’on a ici. Nos collections sont bâties pour la science et non pour l’exposition», poursuit-il

Les visiteurs ont pu observer les diverses collections nationales d’animaux, de fossiles, de plantes et de minéraux qui sont conservées dans l’édifice de recherche du Musée.

«Les gens sont surpris de voir à quel point on a beaucoup de spécimens. Il n’y en a qu’une infime fraction qui est exposé au Musée alors que tout le reste est entreposé sur le Campus. On choisit ceux qui vont être exposés au Musée en fonction de leur valeur éducative, les autres servent strictement à la recherche sur la faune et la flore.»

Les petits comme les grands ont pu faire de belles découvertes au Campus du patrimoine naturel du Musée canadien de la nature samedi.

La recherche menée sur les 14 millions de spécimens du Campus du patrimoine naturel permet aux chercheurs d’étudier la biodiversité canadienne et mondiale afin de prendre des décisions éclairées concernant notre avenir.

«Les gens peuvent en apprendre davantage sur l’histoire de notre biodiversité, autant sur notre passé que notre présent. On peut même en apprendre sur notre futur aussi. On sait que les changements climatiques sont à prendre au sérieux. On a maintenant des connaissances de base et ça peut nous aider à prédire ce qui va se passer avec ça dans le futur», explique le responsable des communications au Musée canadien de la nature, Dan Smythe.

Pour cette septième édition de la journée portes ouvertes, les organisateurs ont réservé une place particulière au micro-monde naturel qui comprend des insectes, du lichen et des petits mammifères. Des conservateurs, des scientifiques et d’autres bénévoles étaient présents pour transmettre leurs connaissances et répondre aux questions des visiteurs.