Le projet de Chalk River, en Ontario, vise à enfouir sur une période de 50 ans «un volume total de l'ordre de 1 million de mètres cubes de déchets radioactifs» à moins de 1 kilomètre de la rivière des Outaouais.

Déchets radioactifs à Chalk River: une pétition à la commissaire à l'environnement

Dans une pétition acheminée à la commissaire fédérale à l'environnement, Julie Gelfand, des groupes de citoyens demandent son aide pour retracer les origines du projet de dépotoir pour déchets radioactifs de Chalk River.
Dans un communiqué, Johanna Echlin, de l'Association des propriétaires de chalets d'Old Fort William, note qu'il y a eu une abrupte volte-face dans ce dossier en 2015 quand le gouvernement Harper a privatisé les installations nucléaires canadiennes, mis sur pied les Laboratoires nucléaires canadiens, et accordé un contrat de 6 ans à un consortium multinational du secteur public pour gérer l'industrie nucléaire et les déchets radioactifs. «Nous sommes préoccupés que le contrat négocié par le gouvernement Harper avec SNC Lavalin et d'autres multinationales mette l'accent sur la disposition à faible coût de tous les déchets et qu'une installation soit terminée en l'espace de six ans. Nous voulons savoir qui a dit que c'était acceptable d'ignorer le travail de plus d'un milliard de dollars déjà engagé pour réaliser le plan d'origine», souligne Mme Echlin.