Une coroner recommande aux organisateurs du festival Valhalla Sound Circus de s’assurer de la présence d’une ambulance et d’une équipe paramédicale pendant la tenue de l’événement, à la suite du décès d’un jeune homme de 19 ans survenu pendant l’édition 2019 à Kazabazua, en Haute-Gatineau.
Une coroner recommande aux organisateurs du festival Valhalla Sound Circus de s’assurer de la présence d’une ambulance et d’une équipe paramédicale pendant la tenue de l’événement, à la suite du décès d’un jeune homme de 19 ans survenu pendant l’édition 2019 à Kazabazua, en Haute-Gatineau.

Décès pendant un festival à Kazabazua: une coroner recommande qu’une ambulance soit sur place

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Une coroner recommande aux organisateurs du festival Valhalla Sound Circus de s’assurer de la présence d’une ambulance et d’une équipe paramédicale pendant la tenue de l’événement, à la suite du décès d’un jeune homme de 19 ans survenu pendant l’édition 2019 à Kazabazua, en Haute-Gatineau.

Alec Paré s’est rendu avec des amis à Kazabazua, le 18 juillet 2019, afin de participer au festival Valhalla Sound Circus, qui s’étirait sur trois jours. Le lendemain, il consomme alors «des drogues, soit des ‘speeds’ et du ‘MDMA’ qu’il s’est procurés sur le site en plus de cannabis et de la boisson», relate la coroner Francine Danais dans son rapport d’investigation sur le décès du jeune homme, qui demeurait à Longueuil.

Le rapport de Me Danais, dont Le Droit a obtenu copie, indique qu’au matin du 20 juillet, «ses amis constatent qu’il a changé, que son regard est vitreux». «Il tient des propos incohérents et a des hallucinations visuelles», est-il aussi précisé.

Le jeune homme consomme encore des drogues et subit des coups de soleil. Vers 17h30, il se rend près d’une scène où il y a un coin d’ombre et s’affaisse sur une roche. Des secouristes sont alors appelés à intervenir et arrivent sur place à 17h44. Alec Paré est transporté à la tente médicale dans un état précaire, alors que «son corps est crispé» et que sa respiration est «laborieuse». Il tombe ensuite en convulsions. Un appel au 911 est fait à 18h30. Peu de temps après, le jeune homme fait un arrêt cardio-respiratoire.

«Les ambulanciers arrivent à 18 h 39, indique le rapport de Me Danais. Ils installent leur défibrillateur. Malgré deux tentatives, ils ne réussissent pas à intuber M. Paré.»

L’ambulance se rend à l’Hôpital Mémorial de Wakefield. Malgré les manœuvres effectuées et l’administration de naloxone et d’épinéphrine, «il n’y a aucun retour de pouls». Son décès est constaté par l’urgentologue.

Selon les déclarations faites aux policiers par les amis du défunt, ce dernier «n’aurait rien mangé ou bu durant la journée» le jour de son décès, alors que le mercure «a oscillé entre 26 °C et 30 °C» pendant la durée de l’événement.

Pas d’ambulance sur place

Les organisateurs du festival Valhalla Sound Circus détenaient un permis de la Municipalité de Kazabazua, où l’événement s’arrêtait pour une première fois à l’été 2019. «Les services de police et des incendies avaient été informés de l’événement ce qui n’était pas le cas pour le service ambulancier, soulève Me Danais. […] Sur le site, il y avait des agents de sécurité et des secouristes, une tente médicale équipée d’un défibrillateur, des doses de naloxone disponibles et de l’équipement pour tester la présence de fentanyl. En effet, ces festivals, peu importe leurs organisateurs, sont réputés être des lieux propices à la consommation de drogues.»

La coroner souligne qu’«il faut toutefois s’interroger sur le délai écoulé entre l’arrivée de M. Paré à la tente médicale dans l’état où il était [...] et le délai pour le premier appel au 911, soit 45 minutes».

«Il est impossible de déterminer si une arrivée plus hâtive à l’hôpital aurait pu lui sauver la vie mais cela aurait probablement augmenté ses chances», écrit Me Danais.

Tout en concluant à un décès causé par des «complications liées à la consommation de drogues dans un contexte d’exposition à la chaleur et à la déshydratation», la coroner indique qu’une équipe paramédicale est souvent présente lors d’événements comme le festival Valhalla Sound Circus.

Francine Danais formule ainsi deux recommandations aux organisateurs de l’événement. La première vise à ce qu’ils s’assurent de la présence d’une ambulance et d’une équipe paramédicale sur le site, tandis que l’autre vise à qu’un endroit à l’ombre soit aménagé «pour éviter les malaises» découlant d’un coup de chaleur.