William Assad dans son magasin de la rue Notre-Dame ouvert en 1949.

Décès du fondateur de la mercerie Assad

Un pilier de l’histoire commerciale de Gatineau s’est éteint le 1er avril.

William Assad, que plusieurs connaissent pour la mercerie qu’il a dirigée pendant sept décennies sur la rue Notre-Dame, dans le Vieux-Gatineau, est décédé à l’âge de 91 ans au CHSLD Ernest-Brisson, établissement qu’il avait fondé dans les années 1970.

Né à Buckingham, Willie Assad était le fils d’Adélard Assad et d’Edna (Chartrand). Son père avait d’ailleurs fondé une mercerie sur l’avenue Buckingham en 1911.

« J’ai appris mon métier avec mon père. Lui, il a travaillé comme un cheval », avait déclaré l’homme aux origines libanaises dans une entrevue accordée au Droit en 2012.

Impliqué

Les travailleurs de la CIP (aujourd’hui Produits forestiers Résolu) ont bien connu l’homme d’affaires. Pendant 35 ans, il les rencontrait dans un restaurant devant l’usine et il a aussi décroché un contrat pour les bottes de sécurité des employés.

William Assad s’impliquait beaucoup dans la communauté. Il fut notamment éditeur-propriétaire pendant 25 ans de l’hebdomadaire West Quebec Post, basé à Aylmer. Considéré comme un bâtisseur dans la région, Willie Assad a en outre contribué à la création de l’Hôpital de Gatineau. Il fut d’ailleurs instigateur de la Fondation de l’Hôpital de Gatineau, organisme qu’il a d’ailleurs présidé.

En 1992, M. Assad s’est vu remettre l’Ordre de Saint-Jean du gouverneur général Ray Hnatyshyn pour son engagement communautaire.

William est le frère de l’ancien député libéral Mark Assad.

Une commémoration de la vie de William Assad aura lieu le 13 avril en l’église St-Aloysius à Gatineau.