Jean-Philippe Chaussé (Parti conservateur), Milan Bernard (Québec solidaire), Marysa Nadeau (Parti québécois), Marc Carrière (Parti libéral) et Mathieu Lacombe (CAQ) ont pris part au débat, mardi soir, à l’UQO.

Débat UQO/Le Droit: éducation et santé au menu

Les Gatinois ont eu droit à un débat relativement discipliné entre les différents candidats de la région, mardi soir. Encore une fois, les enjeux de la santé et de l’éducation ont été au cœur des discussions.

C’est dans la salle Alexandre-Taché de l’Université du Québec en Outaouais (UQO) que cinq candidats régionaux ont tenté de convaincre les électeurs. Pour l’occasion, le député libéral sortant, Marc Carrière (Chapleau), le caquiste Mathieu Lacombe (Papineau), la péquiste Marysa Nadeau (Hull), le solidaire Milan Bernard (Gatineau) et le conservateur Jean-Philippe Chaussé (Hull) ont croisé le fer devant plus d’une soixantaine de personnes.

Le sous-financement du secteur de la santé est revenu hanter le Parti libéral du Québec. Selon M. Lacombe, les libéraux « doivent d’abord reconnaître qu’il y a un problème de sous-financement pour pouvoir le régler. On a un plan pour régler ce problème, créer un hôpital et mettre des gens dedans. »

M. Carrière n’a cependant pas répondu directement lorsqu’interrogé à savoir si l’Outaouais était sous-financée.

« 16,5 millions $ ont été mis à la disposition du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais, et 71 millions $ ont été investis pour le financement de la santé depuis notre arrivée au pouvoir », s’est-il contenté de répondre.

« Je m’excuse, mais ce n’est pas en construisant et en investissant dans du béton qu’on va améliorer l’accessibilité et la démocratisation des soins, a rétorqué Mme Nadeau. Les choses tardent pour la faculté de médecine. Nous n’aurons pas nos premiers médecins avant 2026 parce que le projet été retardé volontairement pendant six ans. »

Tout comme lors du débat des chefs de jeudi dernier, l’Ontario est venu s’immiscer dans le débat.

« Les gens qui décident de se faire soigner de l’autre côté de la rivière ne devraient pas avoir à payer de leurs poches», a lancé M. Chaussé.

La situation des psychologues en milieu scolaire a aussi animé le débat.

« C’est un non-sens que ceux qui évaluent et connaissent nos enfants ne peuvent pas poser de diagnostic », a déploré la candidate du Parti québécois.

Lorsqu’est venu le temps de débattre sur l’éducation, M. Lacombe a utilisé la même stratégie qu’il avait utilisée pour débattre de la santé, en évoquant le sous-financement dans la région de l’Outaouais.

« Le problème remonte à des dizaines d’années. On a accumulé un sous-financement chronique dans la région », a-t-il déclaré.

M. Carrière a répondu en énumérant quelques-uns des investissements accordés en éducation par son parti.

« On a donné 250 000 $ il y a deux ans à l’UQO pour l’aider à préparer des programmes et 500 000 $ additionnels il y a quelques mois », a-t-il précisé.

L’environnement, le développement régional et les enjeux autochtones ont aussi été débattus.

Pour voir le débat dans son intégralité, rendez-vous sur la page Facebook du Droit, dans la catégorie « vidéos ».