Les résidents de Montebello devront s’habituer dès la semaine prochaine à faire bouillir l’eau du robinet avant de la consommer.

De l’eau à bouillir pour 10 semaines

Les résidents de Montebello devront s’habituer dès la semaine prochaine à faire bouillir l’eau du robinet avant de la consommer. En raison de la construction de la nouvelle usine d’eau potable du village, un avis d’ébullition sera en vigueur sur l’ensemble du territoire de la municipalité pour une durée maximale de 10 semaines, à compter du lundi 29 janvier.

« L’infrastructure est déjà sur place. Pour faire l’installation et la mise en œuvre de la nouvelle usine, on se doit de démanteler l’ancienne usine, donc il y aura une période de transition d’environ 10 semaines où les gens devront faire bouillir leur eau. Cette durée prend en considération les délais qui pourraient être occasionnés par des contraintes éventuelles », explique le maire de Montebello, Martin Deschênes.

La municipalité a déjà avisé la population de la situation par le biais de lettres postales. L’ensemble des commerçants de Montebello a également été convoqué par l’administration montebelloise. « La meilleure période pour les commerçants était la fin janvier. Ce n’est pas agréable pour eux, mais ils comprennent que c’est un mal nécessaire. On n’entame pas trop le printemps », indique M. Deschênes.

Cette nouvelle infrastructure est attendue depuis un bon moment à Montebello. Construite en 2008 par la firme Daguä, l’usine de traitement de l’eau potable actuellement en fonction a coûté plusieurs centaines de milliers de dollars en réparations à la municipalité ces dernières années, en raison des bris fréquents occasionnés par sa mauvaise conception. Le projet de refonte de l’usine, chiffré à un peu plus de 4 millions $, a été financé par Québec, Ottawa et Montebello.

À noter que le village voisin de Notre-Dame-de-Bonsecours sera aussi concerné par l’avis d’ébullition puisqu’il puise son eau à même le réseau de Montebello. La municipalité s’est notamment engagée à fournir de l’eau embouteillée aux gens qui habitent la résidence pour personnes âgées se trouvant sur son territoire.