Le candidat à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ), Alexandre Cusson.
Le candidat à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ), Alexandre Cusson.

Cusson veut rétablir le financement à la mission des Carrefours jeunesse emploi

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Le candidat à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ), Alexandre Cusson, s’engage «à rétablir le financement à la mission» des Carrefours jeunesse emploi (CJE), qui avaient été durement éprouvés par les changements mis en place sous l’ancien gouvernement libéral.

De passage à Gatineau vendredi dans le cadre de la course qui l’oppose à la députée Dominique Anglade, M. Cusson s’est arrêté au CJE de l’Outaouais afin de faire connaître son engagement d’offrir davantage de «flexibilité» à ces organismes et ainsi éviter que des jeunes soient laissés de côté.

«On doit donner à nos jeunes tous les outils qu’il faut pour avancer, pour réussir, a-t-il mentionné. [...] On ne peut pas se retrouver dans des situations où, parce qu’un jeune ne rentre pas dans une petite case, on ne l’aidera pas».

M. Cusson affirme qu’en rétablissant le financement à la mission dans les CJE, ils pourront offrir des services à quelque 100 000 jeunes par année, comparativement à environ 60 000 à l’heure actuelle.

La directrice générale du CJE de l’Outaouais, Martine Morissette, a rappelé que les changements apportés par le dernier gouvernement libéral avaient fait «mal» aux CJE «sur le plan de l’autonomie». «On a perdu plusieurs projets, plusieurs programmes», a-t-elle souligné.

Tout en indiquant que «la démarche est en train de se faire avec le gouvernement» de la Coalition avenir Québec, Mme Morissette se dit satisfaite de savoir qu’un aspirant à la chefferie du PLQ souhaite aussi modifier les façons de faire actuelles.

M. Cusson n’a pas voulu dire s’il considérait les anciennes décisions du PLQ concernant les CJE comme étant une erreur, se contentant de mentionner qu’il «regarde en avant».

Le CJE de l’Outaouais est le premier à avoir vu le jour au Québec. Il y en a actuellement 111 répartis aux quatre coins de la province.