La ruisseau de la Brasserie

Cure de désintoxication du ruisseau de la Brasserie

La Ville de Gatineau s’apprête à donner une petite cure de santé au ruisseau de la Brasserie. En séparant les égouts pluviaux et les égouts sanitaires sous la rue Amherst au cours des prochains mois, elle évitera le déversement de milliers de litres d’eaux usées dans le cours d’eau.

La conduite combinée à remplacer dessert un grand très grand bassin de population. Elle couvre une partie du boulevard Saint-Joseph, de la rue Laramée au boulevard Saint-Raymond, et du ruisseau jusqu’au boulevard Moussette. Il lui arrive de se déverser dans le ruisseau lors des fortes pluies et de la fonte des neiges.

Les travaux auront lieu dans le cadre du grand chantier de réaménagement du boulevard Saint-Joseph. La firme CIMA+ vient d’être retenue pour planifier l’ensemble du projet et faire la surveillance du chantier.  

« C’est une étape préliminaire aux travaux de Saint-Joseph, on prépare le sous-sol, les conduites souterraines, a indiqué le président du comité exécutif de la Ville de Gatineau, Gilles Carpentier. On profite du projet de Saint-Joseph pour réaliser quelque chose qui était prévu dans nos plans à long terme. Si on ne faisait pas cette intervention, on aurait continué à accumuler des eaux usées dans le ruisseau. Il y a un lien direct avec la qualité de l’eau du ruisseau. »

Ces travaux sous la rue Amherst ne permettent pas de régler la pollution du ruisseau de la Brasserie, un problème dont l’urbanisation et l’industrialisation de l’île de Hull se sont bien peu souciées en deux siècles. 

M. Carpentier souligne toutefois que cette initiative, combinée à la volonté de la Commission de la capitale nationale (CCN) de commencer éventuellement la décontamination de ses terrains sur les berges, aura un effet certain sur la qualité de l’eau du ruisseau. « Que la CCN décide de faire de la décontamination, c’est une excellente nouvelle, ce n’était pas prévu à court terme par la CCN, on voyait ça dans un horizon plus long, a noté le président du comité exécutif. On accueille cette initiative très favorablement. »

Impropre aux activités

Les discussions entre la Ville de Gatineau et la haute direction de la CCN concernant la décontamination des berges du ruisseau ont débuté en 2014. L’automne dernier, Sentinelle de la rivière Outaouais publiait des données accablantes sur le niveau de pollution du ruisseau. À certains endroits, le niveau de polluants dans l’eau est qualifié d’« extrêmement élevé » et impropre à des activités nautiques sécuritaires. Des pointes à 20 000 particules d’E. Coli par millilitre d’eau ont été enregistrées dans le cours d’eau sous la rue Montcalm. Le seuil maximal pour pratiquer une activité nautique est 2000 particules par millilitre. 

La Ville de Gatineau précise que le nombre de surverses provenant de la conduite qui sera remplacée respecte les normes québécoises. Le nombre de débordements est comptabilisé, mais pas le volume d’eau déversé que cela représente. Québec n’oblige pas les Villes à avoir cette information.