Les élus mansfieldiens ont adopté à l’unanimité, mercredi, une résolution visant à ce que les «instances politiques compétentes dans le domaine» lancent une commission d’enquête «dans le but de déterminer si les partenaires responsables de la gestion et régularisation des eaux provenant des rivières de l’Outaouais ont bel et bien [effectué] leurs rôles selon les règles établies».

Une enquête sur la gestion des barrages réclamée par les élus de Mansfield-et-Pontefract

Confronté à la «puissance extrême» de la présente crue printanière, le conseil municipal de Mansfield-et-Pontefract réclame la tenue d’une commission d’enquête indépendante sur la régularisation de l’eau et la gestion des barrages en Outaouais.

Les élus mansfieldiens ont adopté à l’unanimité, mercredi, une résolution visant à ce que les «instances politiques compétentes dans le domaine» lancent une commission d’enquête «dans le but de déterminer si les partenaires responsables de la gestion et régularisation des eaux provenant des rivières de l’Outaouais ont bel et bien [effectué] leurs rôles selon les règles établies».

Le conseil municipal souhaite également que les municipalités de l’Outaouais reçoivent copie des rapports d’évaluation de sécurité de tous les barrages de la région.

«La façon qu'on voit ça, c'est qu'il y a une mauvaise gestion des barrages», a indiqué le maire de Mansfield-et-Pontefract, Gilles Dionne.

La résolution doit être acheminée au premier ministre François Legault et à divers ministres, dont celui qui est responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe.

Le texte de la résolution souligne que les crues de 2017 et de 2019 ont «inondé et menacé» Mansfield-et-Pontefract «plus férocement que jamais vu auparavant». Il est également précisé que «de grands doutes» existent au sein de la population sur la régularisation des cours d’eau.

Selon les statistiques du Comité de régularisation de la rivière des Outaouais (CRRO), la marque de 109,10 mètres au-dessus du niveau de la mer atteinte plus tôt ce printemps a éclipsé un record qui datait de 1979 à la hauteur du lac Coulonge, où les données sont compilées depuis 1971.

Les plus récentes prévisions du CRRO évoquaient une remontée du niveau de l’eau à cet endroit qui devrait faire en sorte que l’eau grimpera samedi à 20 centimètres au-dessus du record qui vient d’être établi.