Le premier ministre François Legault a ouvert la porte, lundi, de passage dans Pointe-Gatineau, à l’élaboration d’un programme d’indemnisations distinct pour permettre la relocalisation en dehors des zones inondables de quartiers complets.

Relocalisation de quartiers: un discours «courageux» salué par le CREDDO

Le Conseil régional de l’environnement et du développement durable de l’Outaouais (CREDDO) salue le courage politique du gouvernement de François Legault et du maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, qui n’hésitent plus à laisser entendre qu’il faudra bien, un jour, planifier le départ des populations, voire des quartiers entiers, situés dans des zones inondables.

«C’est un discours qui vient un peu tard, mais qui est très intéressant de notre pointe de vue, note le directeur général du CREDDO, Benoît Delage. On ne peut pas s’acharner, année après année, à vouloir garder des gens dans des zones inondables. Ce n’est pas viable. Pour ces populations, c’est énormément de stress, d’anxiété et ça nuit grandement à la qualité de vie en général de ces populations. Ce n’est pas encore politiquement payant de tenir un tel discours. Il faut du courage politique pour dire ces choses. Le signal qui est donné présentement est intéressant.»

Le premier ministre François Legault a ouvert la porte, lundi, de passage dans Pointe-Gatineau, à l’élaboration d’un programme d’indemnisations distinct pour permettre la relocalisation en dehors des zones inondables de quartiers complets. Le maire de Gatineau prévient toutefois que pour y arriver, les gens devront recevoir des indemnisations suffisamment importantes pour leur permettre de véritablement refaire leur vie ailleurs. 

«Ce qu’on voit depuis 2017, ce n’est que le début, prévient M. Delage. Tous les spécialistes en hydrographie le disent. Nous avons absolument besoin de plus de connaissance sur l’eau, sur les bassins, les milieux humides et les zones inondables. Il y a encore beaucoup de recherches à faire, mais les villes doivent changer leur planification.» À la suite des inondations de 2017, la Ville de Gatineau a entrepris de refaire l’ensemble de la cartographie des zones inondables dans la région de l’Outaouais. Le gouvernement du Québec finance l’opération.

Revitalisation

Le CREDDO a reçu le mandat de la Ville de Gatineau, lors du dernier conseil municipal, de développer une vision d’ensemble pour revitaliser la centaine de terrains laissés vacants en raison des inondations de 2017 dans Pointe-Gatineau. L’actuelle montée des eaux et les nouveaux ravages qui pourraient en découler forcent l’organisme à prendre un pas de recul. 

«On va devoir attendre un peu avant de commencer nos travaux, note M. Delage. C’est d’abord une question de dignité envers les gens qui sont pris dans cette situation. Le mandat pourrait devoir s’élargir. L’essence de ce que nous voulons faire dans ce quartier demeure. Il faut l’adapter aux changements climatiques et trouver un moyen de transformer certains espaces en infrastructures naturelles plus résilientes. La réflexion nécessaire dans ce dossier pourrait devoir s’élargir, mais on va commencer par laisser l’eau redescendre. Il faut agir avec compassion.»