Prévention des inondations: 4,6 millions$ pour l’Université Laval

Le ministère de la Sécurité publique met le pied sur l’accélérateur dans la prévention des inondations au Québec.

La ministre Geneviève Guilbault a annoncé mardi matin qu’elle octroyait 4,62 millions $ sur quatre ans à l’Université Laval pour que ses chercheurs pilotent quatre projets de recherche pour comprendre, notamment en hiver, le comportement des rivières, analyser les risques d’inondations et développer des outils de calcul et des méthodes géospatiales qui permettront d’anticiper les dommages potentiels et les résidences exposées. 

Après les sinistres de 2017 et 2019, «on ne peut plus se demander si des inondations vont survenir, on ne peut qu’agir pour s’y préparer», a dit la ministre Guilbault.

Comme le rapportait Le Soleil début mai, un projet de recherche est déjà entamé sur la rivière Sainte-Anne à Saint-Raymond, où le ministère de la Sécurité publique allongera 2,7 millions $ afin que la ville teste une série d’aménagements pour éviter le débordement de la rivière. 

Des recherches sont aussi amorcées à Beauceville et à Coaticook, en Estrie. Des projets de recherche démarreront aussi à Terrebonne, en banlieue de Mont­réal, et à Saint-Joseph-du-Lac, dans la MRC de Deux-Montagnes. 


« [Après les sinistres de 2017 et 2019,] on ne peut plus se demander si des inondations vont survenir, on ne peut qu’agir pour s’y préparer »
La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault

Pour le professeur au département de génie civil et de génie des eaux de l’Université Laval Brian Morse, qui pilotera les quatre projets de recherche, le ministère a franchi un tournant en matière de prévention basée sur la science. 

«Je pense que, pour la première fois, le gouvernement se met entre les mains un cadre qui va lui permettre vraiment de bien gérer les inondations et les risques qui y sont associés», a dit M. Morse. 

Plateforme InterAide

La ministre Guilbault a aussi participé au dévoilement de la plateforme en ligne InterAide. Projet de l’Association des directeurs généraux du Québec (ADGMQ), la plateforme permettra aux municipalités de partager leurs ressources humaines, matérielles et documentaires lors d’un sinistre, que ce soit une inondation, un glissement de terrain ou un séisme. 

«Les municipalités sont en premières lignes pour assurer la sécurité de la population lors de situations d’urgence. Il est donc essentiel qu’elles puissent compter sur l’aide et les ressources nécessaires pour assumer leurs responsabilités ainsi qu’agir rapidement et efficacement», a souligné Claude Périnet, président de l’ADGMQ. 

Jusqu’à maintenant, près de 100 organisations municipales ont adhéré à l’application InterAide.