Les autorités ottaviennes demandent aux gens d’éviter de faire du tourisme dans les régions affectées par les inondations.

Pas de tourisme en zones inondées, demandent les autorités

Alors que le weekend s’annonce beau et chaud, les autorités ottaviennes demandent aux gens d’éviter de faire du tourisme dans les régions affectées par les inondations. « La congestion routière aux abords des emplacements inondés nuit au travail des équipes de la Ville et aux véhicules d’urgence », a indiqué vendredi la Ville d’Ottawa, tout en appelant les citoyens à ne pas s’approcher des zones sinistrées à moins qu’ils soient des bénévoles ou qu’ils habitent dans le quartier.

Tout près de 15 400 bénévoles ont prêté main-forte aux trois sites de remplissage de sacs de sable depuis le 19 avril. Plus de 1 600 000 sacs ont été mis à la disposition des résidents.

Par ailleurs, la Ville a fermé vendredi soir les centres de soutien communautaires à Cumberland et à Britannia qui avaient été ouverts pour offrir des services d’urgences aux sinistrés des inondations.

À noter que la décrue s’est poursuivie vendredi dans les secteurs de la marina de Hull et du lac Deschênes/Britannia, selon les observations de la Commission de planification de la régulation de la rivière des Outaouais. L’organisme prévoit que le niveau de l’eau à la hauteur du parc Britannia devrait baisser de 13 centimètres en fin de semaine par rapport au niveau de vendredi matin pour atteindre 60,45 mètres. La pointe de 2017 dans ce secteur était de 60,44 m.

À LIRE AUSSI

Décrue dans l’Est ontarien: les sacs de sable ne doivent pas bouger

+

RETOUR À LA NORMALE DANS WESTBORO

La Ville d’Ottawa annonce la levée des restrictions sur l’utilisation de l’eau pour les résidents de l’avenue Churchill Nord, dans le quartier Westboro. L’avis touchait une quarantaine de résidences. Les citoyens peuvent maintenant se doucher, utiliser les toilettes et faire fonctionner leur lave-vaisselle et machine à laver. La municipalité encourage toutefois les personnes du secteur à limiter la quantité d’eau utilisée afin de ne pas engorger le réseau d’égouts.

Avec Sylvie Branch, Le Droit