Les autorités s'activent un peu partout dans la région pour protéger la population et les bâtiments des cours d'eau qui débordent.

Niveaux d’eau en croissance: «C'est moins pire que prévu», se réjouit le maire de Gatineau

Les niveaux de l’eau de la rivière des Outaouais continuaient de grimper en après-midi, samedi, dépassant les seuils d’inondation dans plusieurs secteurs de Gatineau. Le maire, Maxime Pedneaud-Jobin, soutient toutefois que les prévisions sont revues à la baisse pour la pointe anticipée, dimanche soir.

En point de presse samedi après-midi, M. Pedneaud-Jobin a indiqué que la pointe des niveaux d’eau, attendue dimanche soir, devrait être moins importante que ce qui était prévu depuis quelques jours. Il précise cependant que les choses peuvent changer rapidement en fonction des aléas de la météo.

«C’est moins pire que prévu, mais là-dedans, il y a quand même le mot “pire”. Donc, on se prépare quand même au pire», a précisé le maire de Gatineau.

Détails sur les niveaux d'eau

Au Quai des artistes sur la rue Jacques-Cartier, le niveau de la rivière était de 43,95 mètres à 17 h 10 samedi alors que le seuil d’inondation mineure est établi à 43,60 m. Dans le secteur Masson-Angers, la rivière a atteint 43,21 m à 17 h 10, soit 21 centimètres de plus que le seuil d’inondation mineure. 

La Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais a expliqué samedi après-midi que les quantités de ruissellement seront moins importantes en raison de précipitations moins grandes et des températures plus froides qu’anticipées.

«Entre le lac Coulonge et le lac Deschênes, les niveaux d’eau vont augmenter progressivement pour atteindre les niveaux observés en avril 2017 ce vendredi», a toutefois prévenu la Commission.

Les citoyens continuent tout de même à se préparer au pire tout en espérant un répit des éléments. Par mesure préventive, plusieurs personnes s’affairaient à remplir des sacs de sable à l’angle des rues Moreau et Saint-Louis dans le quartier Pointe-Gatineau, samedi, un secteur de la ville qui a été durement éprouvé lors des inondations de 2017. L’eau envahissait une partie de la rue Moreau, forçant la fermeture de l’artère entre les rues Saint-Louis et Jacques-Cartier. 

Élan de solidarité sur la rue Saint-Louis.

Le maire de Gatineau a d’ailleurs salué la solidarité des citoyens qui ont participé aux corvées de vendredi et samedi à l’aréna Beaudry.

«Environ 40 000 sacs ont été remplis en deux jours par plus de 1000 citoyens de Gatineau. Vraiment, quand on fait appel aux gens, ils répondent. Nous sommes extrêmement fiers de ça», a-t-il noté, suggérant aux bénévoles qu’ils peuvent se rendre près des zones à risque pour aider leurs concitoyens à remplir des sacs de sable.

La Ville de Gatineau a annoncé samedi après-midi qu’il n’y a aucune évacuation en cours, malgré que des sous-sols ont été atteints par l’eau. 

Seule la circulation locale était permise sur la rue Jacques-Cartier entre le boulevard Gréber et la rue Saint-Louis, ainsi que sur le boulevard Hurtubise entre les rues Campeau et Versailles. Le maire Pedneaud-Jobin a appelé les curieux à éviter les zones à risque.

La Ville de Gatineau a par ailleurs ouvert un centre d’aide aux sinistrés au Centre communautaire Jean-René Monette dans le secteur Gatineau puisque quelques personnes ont déjà évacué leur domicile.

Quant au renfort des Forces canadiennes, le maire Pedneaud-Jobin a expliqué que les discussions se poursuivaient samedi afin de déterminer le rôle des militaires sur le terrain.

Du côté d’Ottawa, la situation s’est détériorée dans le secteur Cumberland, samedi. Le conseiller municipal du quartier, Stephen Blais, a indiqué que le niveau de l’eau a grimpé de «plusieurs pieds», notamment à l’angle du chemin Morin et de la voie Leo. Tout comme à Gatineau, les citoyens d’Ottawa se sont mobilisés pour ensacher du sable.

Rivière Gatineau

À La Pêche, des ingénieurs de la Commission de la capitale nationale (CCN) et les propriétaires de l’Hôtel et Spa Le Moulin Wakefield surveillaient de près samedi le niveau des eaux de la rivière Gatineau ainsi que le pont qui enjambe le cours d’eau tout juste à côté de l’immeuble de six étages vieux de 180 ans. 

La chute se donne en spectacle et est elle aussi épiée 24 heures sur 24, a précisé Robert Milling, fondateur de l’entreprise.

«Le niveau d’eau est le plus élevé que j’ai vu depuis que nous avons ouvert en 2001. Nous surveillons la situation 24 heures sur 24. Notre première préoccupation est la sécurité des gens», a expliqué M. Milling.

Le niveau d’eau samedi midi était moindre que vendredi, a-t-on noté. Néanmoins, des actions préventives ont été prises, notamment le déploiement d’une pépine sur place afin de retirer des billots de bois qui pourraient former un embâcle au pont ainsi que la préparation de sacs de sable.

Le Moulin de Wakefield demeure ouvert.