Pembroke et l’Isle-aux-Allumettes devraient voir la rivière des Outaouais grimper à un niveau jamais vu depuis 1960 ce samedi.

Niveau des eaux: vers un record vieux de 59 ans

Pembroke et l’Isle-aux-Allumettes devraient voir la rivière des Outaouais grimper à un niveau jamais vu depuis 1960 ce samedi.

À environ 150 kilomètres au nord-ouest de la capitale fédérale se retrouvent Pembroke sur la rive ontarienne et la municipalité de l’Isle-Aux-Allumettes du côté québécois.

Les résidents de ce coin de pays voient l’eau monter considérablement depuis trois semaines. Contrairement aux secteurs plus urbains, la région de Pembroke n’avait pas vu de record s’effacer lors de la crue du printemps 2017. Il se peut toutefois fort bien que la crue de 2019 éclipse une marque vieille de 59 ans.

De 25 à 45 millimètres de pluie sont attendus dans l’ensemble du bassin versant d’ici vendredi soir, sans compter les cellules orageuses qui pourraient contribuer à hausser ces quantités par endroits.

Selon le Comité de régularisation de la rivière des Outaouais (CRRO), le niveau maximum observé à Pembroke s’est établi à 113,67 mètres au-dessus du niveau moyen de la mer en 1960. Les plus récentes prévisions du CRRO laissent présager que cette marque sera dépassée de huit centimètres ce samedi.

Un peu plus à l’est, à la hauteur du lac Coulonge, près de Mansfield-et-Pontefract et de Fort-Coulonge, un record établi le 29 avril dernier devrait être effacé par la deuxième vague de l’impressionnante crue qui frappe la région.

La marque de 109,10 mètres observée plus tôt ce printemps au lac Coulonge serait dépassée de 25 centimètres dimanche, selon les prévisions du CRRO.

« Les prévisions sont un peu moins bonnes que [mercredi]. À la suite de cet épisode de pluie, on pourrait dépasser les pointes historiques partout à l’ouest d’Ottawa. La deuxième pointe risque d’être plus importante que la première, cette année », affirme l’ingénieure en chef du CRRO, Manon Lalonde.

L’organisation prévoit que « ces précipitations apporteront un volume important de ruissellement additionnel dans la rivière des Outaouais, alors que les niveaux dépassent toujours les seuils d’inondations majeurs à tous les endroits ».

Il s’agit d’une « période critique », note le CRRO, car les réservoirs de l’Abitibi-Témiscamingue sont pleins.

« Ils ne peuvent plus retenir le surplus de ruissellement printanier et doivent évacuer cette eau «, précise l’organisme.

Selon le CRRO, les niveaux d’eau demeureront élevés au cours des deux prochaines semaines et sujets à des hausses additionnelles s’il devait y avoir d’autres précipitations abondantes.

«Pour l’instant, tout ce qu’on voit par la suite, c’est un peu de pluie lundi, mais ensuite une accalmie. Sauf qu’au-delà de cinq jours, les prévisions ne sont vraiment pas très fiables. La période critique, on est en train de la traverser. D’ici une semaine, la majorité de la neige sera fondue au nord, alors c’est le début de la fin. On gagnera une première bataille une fois que ce sera chose faite», lance Mme Lalonde.

Dans le cas du lac Deschênes, dans le secteur Aylmer, un record à 60,70 mètres a été établi à la fin avril. Après une certaine décrue ayant semé de l’espoir chez les sinistrés, le niveau de la rivière des Outaouais remonte et devrait atteindre de nouveau cette marque au courant de la journée de dimanche, voire la surpasser.

Du côté de la marina de Hull et de Thurso, les records de 2017 n’ont pas été battus. En fonction des prévisions actuelles, ils ne devraient pas l’être malgré un niveau de l’eau qui grimpera encore de 45 à 49 centimètres. À la marina de Hull, par exemple, l’eau devrait être, lundi prochain, à dix centimètres d’atteindre le seuil historique atteint il y a deux ans.

«Entre Pointe-Gatineau et l’archipel de Montréal, on ne prévoit pas pour l’instant que la première pointe, atteinte le 1er mai, sera dépassée», ajoute Mme Lalonde.

À la hauteur de Grenville et de Hawkesbury, le niveau de l’eau devrait rester bien loin du record de 43,18 mètres établi en 1951. Du côté de Maniwaki, la marque de 1974 devrait aussi demeurer intacte.