Les inondations ont pris une tournure historique dans le centre de l'Ontario.

Le centre de l’Ontario touché par des inondations «historiques»

Des membres de l’armée canadienne sont arrivés dans une petite ville du centre de l’Ontario aux prises avec des inondations historiques.

Répondant à l’appel lancé samedi par les autorités locales, plusieurs soldats doivent notamment placer des sacs de sable en guise de protection contre la crue.

En conférence de presse, le lieutenant-colonel Graham Walsh, a déclaré qu’une unité de la Réserve basée à Toronto enverra 60 soldats pour venir aider la population de Bracebridge en remplissant des sacs de sable. Une trentaine d’entre eux étaient déjà arrivés sur les lieux.

Le maire de Bracebridge a dit que de nouvelles pluies devraient succéder au temps sec qui s’étendra sur la région au cours des prochains jours. Graydon Smith a annoncé que 25 millimètres de pluie pourraient s’abattre mercredi sur sa ville. Cette averse retardera le retrait des eaux de crue.

À l’instar de plusieurs municipalités situées au nord de Toronto, Bracebridge a lancé l’état d’urgence la semaine dernière en raison des inondations.

Selon M. Smith, sa ville doit d’occuper « d’un événement historique ». Les inondations ont atteint un niveau plus élevé qu’en 2013 et ont frappé davantage de domiciles.

La situation demeure précaire dans la région de la capitale nationale où sont déployés plusieurs centaines de soldats. Depuis dimanche matin, le pont Union sur la traverse des Chaudières est fermé aux automobilistes et aux piétons à cause des prévisions du débit et du niveau élevés de l’eau.

Au Nouveau-Brunswick

Même si les eaux de crue commencent à se retirer, le temps de réparer les dégâts n’est pas encore venu, loin de là, ont indiqué les autorités du Nouveau-Brunswick.

Un porte-parole de l’Organisation des mesures d’urgence de la province, Geoffrey Downey, a indiqué que même si le niveau de l’eau baissait lentement le long du fleuve Saint-Jean, il atteignait le stade des crues dans les municipalités de Fredericton à Saint-Jean.

Le directeur de l’agence, Greg MacCallum, a invité la population à la patience.

« Nous réalisons que bons nombres de citoyens du Nouveau-Brunswick ont dû évacuer leur demeure il y a plusieurs jours et ont hâte de retourner à la maison, a-t-il convenu par communiqué. Comme les niveaux d’eau d’inondation devraient fluctuer long de la rivière Saint-Jean, il n’est pas sécuritaire pour tout le monde de retourner à la maison. »

Un niveau de l’eau dans la capitale provinciale a même légèrement grimpé à cause d’une averse torrentielle. On prévoit que les eaux devraient descendre sous le niveau des crues d’ici jeudi.

La Transcanadienne demeure fermée de Oromocto à River Glade. Selon M. Downey, l’eau n’inonde plus l’autoroute, mais il y a encore beaucoup de débris qui devront être retirés avant de la rouvrir à la circulation.

Le ministère des Transports a indiqué que 84 routes étaient interdites à la circulation dans toute la province.