Le nombre de secteurs en inondation majeure et en inondation moyenne a fluctué toute la journée, jeudi, alors que les niveaux ont continué à augmenter dans le secteur de Gatineau/Ottawa, et varient très lentement dans les deux directions avec une tendance à la baisse plus en aval.

Inondations: premier développement positif majeur, le pont Galipeau rouvre

Un premier développement positif majeur marque ce jeudi avec la réouverture du pont Galipeau, redonnant l’axe de l’autoroute 20 aux automobilistes montréalais.

Dans un communiqué diffusé en après-midi, la Sûreté du Québec précise que la gratuité du pont de l’autoroute 30 restera tout de même en vigueur jusqu’à minuit jeudi soir.

Le nombre de secteurs en inondation majeure et en inondation moyenne a fluctué toute la journée, jeudi, alors que les niveaux ont continué à augmenter dans le secteur de Gatineau/Ottawa, et varient très lentement dans les deux directions avec une tendance à la baisse plus en aval.

«Si on remonte la rivière des Outaouais dans le Pontiac, ça semble vouloir se stabiliser pendant qu’à Gatineau, où se jettent la Rivière Gatineau et la rivière des Outaouais, il y a encore du mouvement à la hausse, mais c’est lent», a expliqué le porte-parole de la sécurité civile, Éric Houde, dans une entrevue avec La Presse canadienne.

«Plus vers l’aval, à Rigaud et au lac des Deux Montagnes, ça tend à se stabiliser», a-t-il ajouté.

Il note également que, même s’il déplaît à tout le monde, le temps anormalement froid aide la décrue en ralentissant la fonte des neiges encore très épaisses dans le nord des régions inondées.

Le temps était froid au point où des résidants des Laurentides, de la Mauricie et même de Trois-Rivières ont vu leur réveil agrémenté d’un tapis blanc, jeudi matin, ce qui les a fait maugréer, mais qui a été accueilli comme un baume par les autorités.

Pluie moins abondante que prévu

Par ailleurs, il est finalement tombé entre 10 et 15 millimètres de pluie dans le corridor entre Gatineau et Trois-Rivières au nord du fleuve et de 8 à 10 millimètres sur l’archipel de Montréal, soit environ 5 millimètres de moins que prévu.

Les autorités surveillent maintenant le deuxième système de pluie attendu tôt vendredi et qui devrait laisser entre 10 et 20 millimètres, selon Alexandre Parent, d’Environnement Canada.

Le météorologue avertit toutefois que ce système risque d’être un peu plus agité: «Le système de demain (vendredi) est un peu plus chaud que celui d’hier (mercredi), donc ce n’est pas impossible qu’il y ait des averses un peu plus fortes ou même le risque d’un orage par endroits, dans l’Outaouais et la région de Montréal, où on pourrait avoir un 20 à 25 millimètres», précise-t-il.

Les lacs Champlain et Saint-Pierre sous la loupe

Sur le lac Champlain, qui est la source de la rivière Richelieu, les nuages ont laissé une quinzaine de millimètres additionnels, de sorte que l’on surveille attentivement la situation.

«On n’a pas eu la pluie attendue sur le bassin du lac Champlain, ce qui fait qu’on devrait être en inondation mineure et peut-être qu’on n’atteindra pas la cote moyenne s’il n’y a pas trop de pluie», a espéré M. Houde, rappelant toutefois que les modèles d’inondation sur le Richelieu n’arrivent pas tous aux mêmes conclusions.

Au lac Saint-Pierre, l’immense plan d’eau où le fleuve Saint-Laurent s’élargit entre Sorel et Trois-Rivières, les niveaux se stabilisent et tendent à baisser, mais la baisse sera freinée et peut-être même inversée, avertit Éric Houde: «Le 6 mai, on sera à la ligne des hautes marées, ce qui va ralentir la baisse, sinon remonter un peu avant de se remettre à descendre par la suite».

Sur le terrain, pendant ce temps, les données de la sécurité civile montrent un portrait quelque peu amélioré par rapport à mercredi soir: le nombre de personnes évacuées est à 10 067, le nombre de maisons inondées est à 7172 et le nombre de résidences isolées se situe à 3928.

Court clin d’oeil printanier en vue

Enfin, «on a des bonnes nouvelles pour le week-end à venir: on va rejoindre les températures saisonnières samedi et dimanche et même, potentiellement, les dépasser dimanche, avec un temps généralement sec et même ensoleillé», a prédit Alexandre Parent.

Le météorologue signale que le mercure n’a pas atteint les 20 degrés Celsius dans la région de Montréal depuis le 10 octobre dernier, soit 204 jours, «et on va peut-être, si on est un peu chanceux, toucher à ce 20 degrés dimanche ou lundi».

Cependant, le plaisir sera de courte durée alors que l’on s’attend à retrouver «un milieu de semaine avec des températures plutôt fraîches et c’est un peu la prévision pour tout le début de mai, c’est-à-dire les deux prochaines semaines: des températures sous les normales, du temps frais, avec des systèmes de pluie qui se succèdent aux deux, trois ou quatre jours, un peu comme on vit depuis quelques semaines».

Le système de pluie qui suivra celui de vendredi est attendu mercredi, mais les modèles météorologiques sont contradictoires et Alexandre Parent estime qu’il est encore beaucoup trop tôt pour en déterminer l’ampleur et la direction.

MISE À JOUR SUR LES INONDATIONS AU QUÉBEC :

Inondation majeure

- Lac des Deux Montagnes, à Sainte-Anne-de-Bellevue, en hausse

- Lac des Deux Montagnes, à Terrasse-Vaudreuil, en hausse

- Lac des Deux Montagnes, à Pointe-Calumet, en baisse

- Rivière de la Petite Nation, en amont de Ripon, en hausse

- Rivière des Mille-Îles, en amont du barrage du Grand-Moulin à Deux-Montagnes, en hausse

- Rivière des Mille-Îles, en aval du barrage du Grand-Moulin à Deux-Montagnes, en hausse

- Rivière des Mille-Îles, à Bois-des-Filion, en baisse

- Rivière des Outaouais, à la marina de Hull, en hausse

- Rivière des Outaouais, à la Baie Quesnel, en baisse

- Rivière des Outaouais, à la Baie de Rigaud, en baisse

- Rivière Gatineau, au pont du boulevard Fournier, en baisse

Inondation moyenne

- Fleuve Saint-Laurent, au lac Saint-Pierre, en baisse

- Lac des Deux Montagnes, Sainte-Anne-de-Bellevue, en baisse

- Rivière des Prairies, à la tête des rapides du Cheval Blanc, en baisse

Inondation mineure

- Fleuve Saint-Laurent, à Lanoraie, en baisse

- Fleuve Saint-Laurent, à Bécancour, en hausse

- Fleuve Saint-Laurent, à Trois-Rivières, en baisse

- Fleuve Saint-Laurent, à Port-Saint-François, en hausse

- Fleuve Saint-Laurent, à Sorel, en hausse

- Lac Champlain, dans la baie Missisquoi à Saint-Armand, en baisse

- Lac Champlain, à Rouses Point, en baisse

- Lac des Trente et Un Milles, à Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau, en baisse

- Lac Maskinongé, à Saint-Gabriel-de-Brandon, en baisse

- Lac Memphrémagog, à Memphrémagog, en baisse

- Lac Saint-Louis, à Sainte-Anne-de-Bellevue, en baisse

- Rivière Désert, en amont de la chute Rouge, en baisse

- Rivière des Outaouais, à Ottawa, au parc Britannia, en baisse

- Rivière Richelieu, à Carignan, aux rapides Fryers, en hausse

- Rivière Richelieu, à Saint-Jean-sur-Richelieu, en baisse

- Rivière Saint-François, en aval du barrage Aylmer, en baisse

Rivières et plans d’eau sous surveillance

- Fleuve Saint-Laurent, à Montréal, près du boulevard LaSalle, en hausse

- Fleuve Saint-Laurent, à Cap-à-la-Roche, en hausse

- Fleuve Saint-Laurent, à Batiscan, en hausse

- Lac Aylmer, au quai de Stratford, en baisse

- Lac Louise, à Weedon, en hausse

- Lac Saint-Louis, à Pointe-Claire, en hausse

- Rivière Chaudière, en aval du barrage Mégantic, en baisse

- Rivière des Mille-Îles, à Terrebonne, en hausse

- Rivière du Diable, en amont du pont de la route 117, en baisse

- Rivière du Lièvre, en amont du pont-route 311 à Lac-Saint-Paul, en baisse

- Rivière du Nord, en amont du pont du CN à Saint-Jérôme, en hausse

- Rivière L’Assomption, au pont-route 158 à Joliette, en baisse

- Rivière Madawaska, en aval du barrage, en hausse

- Rivière Matawin, en aval du pont-route 131 à Saint-Michel-des-Saints, en baisse

- Rivière Richelieu, à Saint-Paul-de-l’Île-aux-Noix, en hausse

- Rivière Rouge, en amont de la chute McNeil, en baisse

- Rivière Saint-François, au lac Aylmer à Weedon, en baisse