L’état d’urgence qui a été déclaré pour faire face aux inondations est toujours en vigueur à Ottawa.

Inondations: le conseiller El-Chantiry réclame une enquête sur la gestion des barrages

Le conseiller Eli El-Chantiry, qui représente le quartier d’Ottawa le plus touché par les inondations, veut comprendre pourquoi le niveau d’eau de la rivière des Outaouais a atteint un tel sommet ce printemps. Il réclame une enquête sur la gestion des barrages et des réservoirs afin de déterminer si une erreur humaine est en cause.

Le conseiller de West Carleton-March a présenté une motion en ce sens mercredi. Le maire Jim Watson demandera aux gouvernements provincial et fédéral de mener une enquête sur les inondations de 2019 et de 2017.

« Il y a beaucoup de gens qui habitent à Britannia, West Carleton et Cumberland qui demandent des réponses. C’est nécessaire de comprendre quelle est la politique de OPG (Ontario Power Generation) en ce qui concerne les niveaux d’eau dans le nord. Est-ce que c’est une cause des inondations ? » questionne le maire Watson.

Par ailleurs, le premier magistrat a confirmé que le conseiller El-Chantiry pourra finalement participer à la rencontre du groupe de travail sur les inondations prévue vendredi. La rencontre est organisée par la province et doit étudier des questions en lien avec la crue des eaux, toutefois l’agenda officiel n’a pas été révélé.

M. Watson a l’intention d’y poser plusieurs questions, dont certaines de nature financière.

« Est-ce possible pour la province de fournir de l’aide financière aux municipalités comme la Ville d’Ottawa parce que le programme existant est pour les petites municipalités », déplore-t-il rappelant que les inondations engendrent des coûts importants.

Des bénévoles sollicités

L’état d’urgence qui a été déclaré pour faire face aux inondations est toujours en vigueur à Ottawa. La municipalité demande aux résidents de mettre l’épaule à la roue afin d’aider les sinistrés lors de l’opération nettoyage qui doit débuter sous peu.

« On observe une baisse du niveau d’eau, mais on continue de demander aux gens de garder les sacs de sable en place. Quand on va revenir à un niveau normal on fera appel aux bénévoles pour prêter main-forte aux gens qui vivent une situation difficile », soutient Anthony Di Monte, directeur général des services d’urgence et de protection.

Lorsque l’étape de récupération sera entamée, les sinistrés seront invités à déplacer les sacs de sable pour les placer en bordure de rue afin que la machinerie puisse les enlever. 

Les 150 ménages qui ont évacué leur demeure volontairement n’ont pas pu réintégrer leur résidence et l’électricité n’a pas encore été rétablie dans tous les secteurs.

La Ville a créé quatre groupes de travail afin de chapeauter le rétablissement après les inondations, soit la gestion des débits, les besoins humains, les infrastructures et les bénévoles. 

Plus de 2000 fonctionnaires municipaux ont participé aux travaux en lien avec les inondations depuis le début de la crise.